"Mamie loto" condamnée à payer plus 100.000 euros : "J'ai rien"

  • A
  • A
"Mamie loto" condamnée à payer plus 100.000 euros : "J'ai rien"
@ Capture d'écran Google map
Partagez sur :

Une retraitée, jugée pour avoir organisé 169 lotos, a été condamnée à à six mois de sursis par le tribunal d'Arras. 

"Je veux mourir". C'est par ces mots qu'une vieille dame de 77 ans a accueilli jeudi sa condamnation à six mois de prison avec sursis. Après l'avoir déclarée coupable d'abus de confiance, la présidente du tribunal d'Arras a ensuite égrené d'une voix ferme les amendes. La retraitée doit ainsi s'acquitter dans le volet pénal de 10.000 euros, dont 5.000 avec sursis. Elle doit également près de 120.000 euros à l'administration fiscale. "Je ne payerai pas", l'entendait-on dire de sa voix chevrotante, sous les moulures et au milieu des boiseries de la magnifique salle d'audience d'Arras.

>> LIRE AUSSI - Six mois de prison avec sursis requis contre "Mamie Loto"

160 lotos... dont l'argent était reversé à des associations. La justice lui reprochait d'avoir organisé environ 160 loteries prohibées entre janvier 2009 et mai 2013 dans une salle à Saint-Omer. Elle était également poursuivie pour publicité pour une loterie prohibée, abus de confiance et infraction fiscale pour ne pas avoir acquitté d'impôts sur les 460.743 euros de recettes des lotos. En France, la Française des Jeux a le monopole des jeux de hasard.

Sauf que les bénéfices des lotos, organisés chaque dimanche par l'association "Ensemble pour l'espoir", présidée par Yvette Bert, étaient reversés à des associations caritatives et à des personnes dans le besoin, selon elle. Lors du procès, le 25 septembre dernier, le procureur avait estimé que l'association organisait des lotos à grande échelle, la qualifiant ironiquement "d'association lucrative sans but".

>> LIRE AUSSI - Yvette, 76 ans, jugée pour avoir organisé 169 lotos caritatifs

"J'ai même pas de voiture, j'ai rien". A la sortie, Yvette Bert faisait part de son désespoir, entourée d'une foule de journalistes. "J'ai même pas de voiture, j'ai rien (...) j'ai toujours donné pour les enfants malades et les personnes âgées. Je suis démolie. J'ai mes enfants qui ne sont même pas venus. On a voulu faire un exemple", bredouillait-elle en larmes.

Un peu à l'écart des caméras, son amie Marie-Thérèse Cordier, 77 ans, confiait elle aussi son amertume. "Elle n'a pas volé. Les autorités, et notamment la mairie de Saint-Omer, auraient dû la prévenir qu'elle ne devait pas faire tous ces lotos n'importe comment."

"Elle ne pourra rien payer". Yvette Bert, fragile psychologiquement, vit dans une maison de retraite de Saint-Omer et touche une maigre pension. "Elle ne pourra rien payer", assure son avocate, Me Claire Lamoril-Houtart. "Elle sera prélevée du minimum eu égard à ses revenus, qui sont de 650 euros par mois, qui sont symboliques mais qui lui sont malheureusement indispensables pour vivre."

"ll y a  peu de chances que l'administration touche la moindre somme dans ce dossier", a assuré l'avocate, jugeant la peine "sévère" dans le volet d'abus de confiance. "Au niveau des délits douaniers, le tribunal a appliqué le barème fiscal, il n'y a pas une grande marge de manoeuvre", a-t-elle estimé.

"Elle passait tous ses soirs aux lotos". Au moment où Yvette Bert s'entretenait avec son conseil sur la possibilité de faire appel, elle a soudainement reconnu son fils (elle a eu dix enfants), montant les escaliers du tribunal, arrivé un quart d'heure après le jugement et qui a dit avoir appris la convocation de sa mère en regardant la télévision.

"C'est aberrant. Je lui donnais des coups de main, et on ne m'a même pas convoqué. J'ai eu des problèmes avec ma mère, je ne lui parlais plus, mais elle n'a rien volé", a assuré Reynald, qui n'a pas voulu donner son patronyme aux médias. "Elle ne s'occupait pas de nous car elle passait tous ses soirs aux lotos", a-t-il dit.