La cavale de Jean-Pierre Treiber

  • A
  • A
La cavale de Jean-Pierre Treiber
@ MAXPPP
Partagez sur :

Après une cavale de 10 semaines, il avait été arrêté en novembre dans l'appartement d'un de ses amis.

Pendant plus de dix semaines, de septembre à novembre dernier, la police avait traqué un "homme des bois", "connaissant la forêt comme sa poche". Mais le 20 novembre, Jean-Pierre Treiber avait été arrêté à Melun, bien au chaud dans un appartement.

L'ancien garde-chasse avait en effet été cueilli par les policiers du Raid au 5e étaged'un immeuble de Melun, dans un logement appartenant à la fille d'un de ses amis.

Scénario d’une évasion

Jean-Pierre Treiber s'était évadé le 8 septembre 2009 alors qu'il "travaillait" dans un atelier de la prison d'Auxerre. Il s'était alors dissimulé dans un carton qui faisait partie d'un chargement d'un camion destiné à une commune de l'Yonne. Le chauffeur du véhicule "ne s'était alors pas aperçu de la présence de l'évadé, mais avait constaté un trou dans la bâche et des cartons écrasés" à l'intérieur de son camion lorsqu'il était arrivé à destination.

Bras de fer avec la police

Avait suivi un bras de fer avec la police. Le Raid estimant en octobre être passé à cinq mètres du fugitif dans un bois de Seine-et-Marne, tandis que Jean-Pierre Treiber continuait d'envoyer des lettres à la presse ou à son amie, narguant ainsi les policiers. Dans l'une d'elles, il expliquait notamment que "Koh-Lanta, c'est du pipi de chat à côté" de ce qu'il faisait.

Au final, l'ancien garde-chasse avait été arrêté le 20 novembre à Melun. Après son interpellation, cinq personnes qui l'avaient aidé lors de sa cavale avaient été mises en examen : un ancien codétenu, Flavien Cosson, accusé de "complicité d'évasion", et quatre proches, accusé de "recel de malfaiteurs".

Jean-Pierre Treiber devait comparaître devant les assises de l'Yonne à partir du 20 avril pour le double assassinat de Géraldine Giraud et de Katia Lherbier. Il a été retrouvé pendu samedi dans sa cellule de Fleury-Mérogis, dans l'Essonne.