L’aiguilleur déserte la tour de contrôle

  • A
  • A
L’aiguilleur déserte la tour de contrôle
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le vol avait du retard, le contrôleur avait fini sa journée, il a donc quitté l’aéroport de Carcassonne.

Le vol partait mercredi de la ville belge de Charleroi pour atterrir à Carcassonne. Mais c’est finalement à Perpignan que les 130 passagers de cet appareil de la compagnie irlandaise Ryanair ont dû descendre, faute de contrôleur aérien à l'aéroport de Carcassonne pour assurer la régulation du trafic.

Carcassonne, mercredi 7 avril. Prévu pour 17h30, l’avion enregistre alors un important retard, alors que le contrôleur aérien a fini sa journée. Il doit donc non seulement attendre que l’avion atterrisse, mais aussi que ce dernier redécolle après avoir embarqué de nouveaux passagers. Ce dernier décide tout bonnement d’avertir les pilotes de l’avion : sa journée est finie, il quitte donc son poste et ferme la tour de contrôle.

Une étape perpignanaise inattendue

La chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Carcassonne, qui gère l’aéroport de la ville, a très mal vécu cette histoire et décidé de rendre publique l’affaire.

Myriam Ledoux, directrice de la communication de la CCI, ne décolère pas : "Le vol de Charleroi (en Belgique) qui devait arriver à 17h05 a eu beaucoup de retard. Quand nous avons été avertis, on a compris que (le contrôleur aérien) partait. Il acceptait de faire atterrir l'avion, mais pas de le faire décoller à 20h30".

Le contrôleur aérien n'aurait pas pris la responsabilité d'assurer la rotation du vol car s'il effectuait un dépassement d'horaire, il portait la responsabilité en cas d'incident.

Arrivés à destination à 23h

Seule certitude, "c'est un incident très ennuyeux pour les passagers, il y avait des handicapés, des familles avec des bébés", a rappelé Myriam Ledoux, avant d’ajouter "on a essayé de gérer au mieux".

Dans l’impossibilité d’atterrir à Carcassonne, les pilotes du Boeing 737-600 décident alors de détourner l’appareil vers l'aéroport de Perpignan. Enfin arrivés à bon port, les 130 voyageurs ont ensuite été conduits en autocar à Carcassonne et sont arrivés à destination vers 23h, alors que l’atterrissage était prévu à 17h30.

Quand aux 177 personnes qui attendaient à l'aéroport de Carcassonne pour partir pour Charleroi, ils n’ont même pas vu l’avion. Ces derniers ont dû reporter leur voyage et espèrent que, cette fois, le contrôleur n’aura pas fini sa journée.

REAGISSEZ Avez-vous déjà atterri en avion dans une autre ville que votre destination ?