Joué-lès-Tours : le frère de l'agresseur arrêté, la sœur en garde-à-vue

  • A
  • A
Joué-lès-Tours : le frère de l'agresseur arrêté, la sœur en garde-à-vue
@ JDD
Partagez sur :

Le frère de Bertrand "Bilal" Nzohabonayoa été arrêté au Burundi chez un de ses oncles, où il venait de passer quelques jours. La sœur est en garde-à-vue en France.

L'info. Le frère de Bertrand "Bilal" Nzohabonayo, français d'origine burundaise abattu samedi en France après avoir agressé des policiers dans un commissariat, a été arrêté à Bujumbura, a annoncé lundi le Service national de renseignement (SNR) du Burundi. "Nous avons arrêté Brice Nzohabonayo samedi, alors qu'il était chez un de ses oncles à Bujumbura, où il venait de passer quelques jours en provenance de la France", a déclaré le porte-parole du SNR, Télesphore Bigirimana.

>> LIRE AUSSI - Joué-lès-Tours : agression isolée ou acte terroriste organisé ?

La sœur aussi placée en garde-à-vue. Selon lui, les services burundais avaient, dès 2013, signalé les deux frères comme "suspects" à leurs homologues français, en raison de leur intégrisme religieux.Il était suivi par les services de renseignements français après que sa mère a alerté les autorités sur un possible risque de radicalisation, a expliqué le procureur de Paris François Molins. Brice, le frère de Bertrand, était suivi depuis un signalement de leur mère en août 2013" . François Molins a également précisé que la sœur de Bertrand "Bilal" Nzohabonayo avait elle aussi été placée en garde à vue samedi. 

>> LIRE AUSSI - Drame de Joué-lès-Tours : "il a pété une durite"

Un testament religieux retrouvé. Autre information dévoilée par François Molins, Bertrand "Bilal" Nzohabonayo a laissé une sorte de testament accréditant la thèse d'une action terroriste. Les enquêteurs n'ont toutefois pas établi pour le moment si ce document était "en lien direct" avec l'attaque du commissariat, a précisé François Molins. Les perquisitions ont permis de découvrir "ce qu'on pourrait qualifier de testament religieux non daté dans lequel est évoqué le règlement des dettes, au cas où, et dans lequel Bertrand demande à Allah de lui donner la force", a-t-il dit.