Joeuf : marche silencieuse en soutien à la famille du petit Lucas

  • A
  • A
Joeuf : marche silencieuse en soutien à la famille du petit Lucas
Joeuf enfant de 7 ans poignardé, crédits AFP@ AFP
Partagez sur :

Quelque 1.700 personnes ont marché en silence, dimanche à Joeuf, en soutien à la famille de Lucas poignardé jeudi et plongé depuis un coma artificiel.

Quelque 1.700 personnes ont marché en silence, dimanche à Joeuf, en soutien à la famille de Lucas, 7 ans, poignardé jeudi par un homme souffrant de troubles psychiatriques et plongé depuis dans un coma artificiel.

Cortège silencieux. La foule, émue, s'est réunie devant la mairie, où la grand-mère de Lucas a lu un message remerciant, au nom des parents qui se trouvent à l'hôpital, toutes les personnes présentes pour leur soutien. Le cortège, silencieux, a ensuite marché une demi-heure, sous un ciel gris et par un temps froid, jusqu'au lieu du drame avec en tête le grand frère de Lucas, Paolo, qui portait une photo du jeune garçon. "Toute mon énergie, je la mets pour mon frère. Je suis sûr qu'il va se réveiller lundi", a-t-il dit.

Un "super héros". Dans la foule, une maman, venue avec ses deux enfants dont un dans la même école que Lucas, a expliqué, en larmes, que son fils avait insisté pour venir et apporter un petit mot pour la victime, disant que c'était "un super héros". A l'arrivée dans l'impasse où le petit garçon s'est fait poignarder à sept reprises jeudi, la grand-mère a une nouvelle fois remercié les personnes présentes et a brandi le doudou de son petit-fils, un coussin avec un mouton dessus.

Etat grave mais stationnaire. Lucas, opéré et hospitalisé à Nancy depuis le drame, est dans un état grave mais stationnaire. Son agresseur présumé, un homme né en 1985, a été mis en examen pour "tentative d'homicide aggravé par la circonstance que les faits ont été commis sur mineur de 15 ans" et placé sous mandat de dépôt. L'homme, mis en fuite au moment des faits, s'était ensuite rendu au commissariat de police de Briey. Il s'est depuis muré dans le silence devant les enquêteurs sans pouvoir expliquer son geste.