Liberté conditionnelle : Kerviel fixé le 4 septembre

  • A
  • A
Liberté conditionnelle : Kerviel fixé le 4 septembre
Après presque six mois de détention cumulés, Jérôme Kerviel pourrait retrouver une vie parisienne.@ REUTERS/Gonzalo Fuentes
Partagez sur :

LA VIE D'APRÈS - L'ancien trader va essayer de convaincre la justice avec ses nouveaux projets de vie.

>> Mise à jour du 26 août à 17h46 : Jérôme Kerviel sera fixé sur sa demande de sortie de prison le 4 septembre.

L'info. La justice se penchera à nouveau sur le sort de Jérôme Kerviel mardi. A la clé, la libération conditionnelle de l'ancien trader de la Société Générale. Condamné en appel à trois ans de prison ferme pour avoir fait perdre 4,9 milliards d'euro à son entreprise, il avait été incarcéré le 19 mai dernier.

Feu vert d'un juge. Le 1er août dernier, Jérôme Kerviel avait obtenu le feu vert d'un juge d'application des peines pour sortir de prison avec un bracelet électronique. Une décision dont le parquet d'Evry avait immédiatement fait appel. Ce dernier étant suspensif, Jérôme Kerviel était resté derrière les barreaux.

>> LIRE AUSSI - Jérôme Kerviel veut sortir de prison

Un appartement et un emploi. Mais la défense de l'ancien trader estime que toutes les conditions sont réunies pour qu'il obtienne cette libération conditionnelle. Jérôme Kerviel a d'ailleurs tout prévu pour convaincre les juges. A commencer par un appartement mis à disposition par un ami dans le très chic 8ème arrondissement de Paris. Mais aussi une promesse d'embauche, dans une société de conseil en informatique, sans aucun lien avec son son ancien emploi.

>> LIRE AUSSI - Jérôme Kerviel : derrière les images, la stratégie

Près de 6 mois de détention. C'est avec ces garanties que Jérôme Kerviel espère convaincre les juges. L'audience aura lieu à huis clos, en présence de  l'ancien trader, extrait pour l'occasion de sa cellule de Fleury-Merogis. Si sa demande est validée, Jérôme Kerviel pourrait donc retrouver une vie parisienne, après presque six mois de détention cumulés.

>> LIRE AUSSI - Jérôme Kerviel : "Je me rends en homme libre"