Isola : l'éboulement pouvait-il être évité ?

  • A
  • A
Isola : l'éboulement pouvait-il être évité ?
L'accident a eu lieu à la sortie du village d'Isola village dans les Alpes du sud.@ EUROPE1/JACQUES THERENCE
Partagez sur :

DRAME - Un rocher s'est écrasé sur un chalet à l'entrée du village d'Isola, dans les Alpes-Maritimes. Deux enfants ont été tués.

Deux enfants sont morts dimanche matin suite à un éboulement qui a écrasé leur chalet à Isola dans les Alpes du sud, dans le Mercantour. "Très tôt dimanche matin, au nord d'Isola, une partie de la montagne s'est détachée, un gros bloc plusieurs dizaines de mètres cubes. Il est tombé sur la route et a emporté un chalet de trois étages qui se situait au bord de la route", a expliqué le Colonel Gaël Marchand, commandant du groupement de gendarmerie des Alpes-Maritimes, au micro d'Europe 1. Un éboulement, lié aux fortes intempéries de ces derniers mois, mais qui aurait difficilement pu être évité.

Les deux enfants et leurs familles, originaires des Alpes-Maritimes, étaient arrivés samedi dans le village où ils occupaient une ancienne bergerie située à flanc de falaise.

isola

© Jacques Thérence

"Il y avait sept personnes à l'intérieur, deux familles. Cinq personnes sont sorties indemnes. Le travail a consisté à rechercher les deux personnes qui étaient disparues à l'intérieur. Malheureusement, deux corps ont été extrait des décombres vers sept heures du matin, deux enfants, âges de 7 et 10 ans", a-t-il ajouté.

En tout, c'est une soixantaine de pompiers et de maître-chiens qui sont intervenus sur place.

La faute aux intempéries. Les spécialistes mettent en cause les récentes intempéries, l'équivalent de plusieurs mois de pluie se sont écoulés dernièrement, en seulement quelques semaines. Il a en effet beaucoup plu, d'une façon inhabituelle pour la région et des infiltrations ont pu faire travailler la roche et déstabiliser les racines des arbres. Avec la neige, le gel, le dégel et désormais le radoucissement des températures, la roche se fissure et se décroche.

isola2

© Jacques Thérence

D'anciennes bergeries construites sur des dalles rocheuses. Selon Alexia Faure, une géologue, qui s'est s'est rendue sur place, ce sont, dans le cas précis, 100m3 de rochers qui se sont détachés dont une roche de 50m3. Selon la géologue il est assez fréquent que d'anciennes bergeries aient été construites sur des dalles rocheuses dans cette région.

Elles ont longtemps été protégées par des murets qui soutenaient la terre, mais "ils se sont détériorés" avec le temps, a-t-elle dit. "Il faudra une semaine pour déblayer et sécuriser la route", a-t-elle ajouté précisant qu'il faudrait de "nouvelles expertises".

L'éboulement pouvait-il être évité ? Entre l'accident d'Isola et celui du train des Pignes, le scénario est le même : plusieurs tonnes de roche se décrochent de la montagne et s'écrasent en contre-bas. Dans les deux cas, les intempéries sont à l'origine de ces éboulements. Mais de tels drames peuvent-ils être évités ? La géologue Alexia Faure n'y croit pas un seul instant.

"Techniquement c'est possible. Mais quand on voit le nombre de kilomètres qu'il y a sur les routes des Alpes-Maritimes, c'est inhumain, on ne peut pas. Ça coûte des milliers d'euros, voir plus. Donc on est obligé d'attendre qu'il y ait une chute de bloc pour sécuriser", constate la géologue au micro d'Europe 1. Il faut en effet compter près de 400.000 euros pour sécuriser seulement dix mètres de paroi rocheuse. A ce prix là, impossible de le faire pour les centaines de kilomètres de vallée. D'autant qu'en montagne, le risque zéro n'existe pas.