Le Raid victime d'un canular : un jeune homme renvoyé devant la justice

  • A
  • A
Le Raid victime d'un canular : un jeune homme renvoyé devant la justice
Le jeune homme est poursuivi pour "dénonciation mensongère ayant entraîné des recherches inutiles" après son canular ayant entraîné l'intervention du Raid.@ MAXPPP
Partagez sur :

MAUVAISE BLAGUE - Il avait fait croire qu'il était retranché et armé dans un hôtel des Hauts-de-Seine, déclenchant une intervention du raid. Il sera jugé en décembre.

L'info. Sa blague n'avait pas fait rire le Raid, l'unité d'élite de la Police national. Le jeune homme de 20 ans qui avait fait croire qu'il était retranché et armé dans un hôtel près de Paris, sera jugé le 21 novembre devant le tribunal correctionnel de Nanterre, dans les Hauts-de-Seine. Originaire de la région parisienne, le jeune homme est poursuivi pour "dénonciation mensongère ayant entraîné des recherches inutiles".

>> A LIRE AUSSI - INFO E1 - Le Raid victime d'un canular, l'auteur présumé interpellé

Le canular. Mercredi matin, la police avait reçu l'appel d'un homme prétendant s'être retranché dans un hôtel de Malakoff, armé d'un couteau et d'une arme à feu. Il avait affirmé avoir blessé sa femme dans une des chambres de cet hôtel de la marque B&B Hôtels et avait menacé de tirer sur la police si elle intervenait. Ce coup de fil avait entraîné un impressionnant déploiement policier, mobilisant notamment pendant près de trois heures le Raid, l'unité d'élite de la Police nationale. Les 322 clients de l'hôtel avaient été évacués et toutes les chambres fouillées, en vain. "Aucune arme, ni trace de violences ont été constatées, il s'agit d'un appel fantaisiste", avait déclaré une source policière.

Déjà condamné pour appels malveillants. Les enquêteurs du commissariat de Vanves-Malakoff sont remontés jusqu'à ce suspect, trahi par son téléphone portable, et l'ont interpellé jeudi dans un autre hôtel de la chaîne B&B Hôtels, à Pontault-Combault (Seine-et-Marne). Déjà condamné pour appels malveillants, le jeune homme fréquentait un site spécialisé dans les canulars, notamment au préjudice de la RATP, de la police et des pompiers. "C'est un site connu des amateurs de canulars, sur lequel les internautes montrent le résultat" de leur mauvaise plaisanterie, a précisé cette source.