Interpellé par erreur par le GIGN

  • A
  • A
Interpellé par erreur par le GIGN
@ GIGN
Partagez sur :

Le GIGN pensait avoir affaire à un "go-fast" avec 700 kg de cannabis en Charente-Maritime.

La méprise du groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) lui a valu dix jours d'ITT. Un homme a été interpellé par erreur lors d'une opération visant à intercepter un "go-fast", un convoi transportant plus de 700 kg de cannabis, lundi sur la RN10 en Charente-Maritime. Après son arrestation musclée, il a déposé plainte pour violences.

Le même véhicule que les convoyeurs

Ce jeune homme âgé de 25 ans s'est en fait retrouvé au mauvais endroit, au mauvais moment. Lundi, vers 4  heures du matin, il décide de faire une pause sur une aire de repos de Bédenac. Au même moment, des enquêteurs de la section de recherches de la gendarmerie d'Orléans filent une équipe de trafiquants présumés de cannabis, rapporte La Charente Libre.

L'enquête dure depuis plusieurs heures, et les gendarmes viennent d'interpeller une première cible. Il s'agit du chauffeur de la voiture ouvreuse, chargée de couvrir les convoyeurs de drogue. Les enquêteurs n'attendent plus que le véhicule de marque Renault des deux trafiquants. Quand le jeune homme de 25 ans au volant d'une Renault du même modèle arrive à la station-essence, les gendarmes pensent qu'il s'agit de leur cible.

"Je n'ai rien compris"

S'en suit une interpellation très musclée. "Ils ont encerclé la voiture. Ils avaient des cagoules. Je n'ai rien compris. Je ne sais même pas comment ils m'ont fait sortir de la voiture. Je n'ai pas touché terre. J'ai pris des coups au visage, j'ai vu un flingue sur ma tempe", témoigne le jeune homme. Il aurait ensuite été mordu violemment par un chien.

Le jeune homme pense alors qu'il est victime d'un vol de voiture. Un enquêteur, se rendant finalement compte de l'erreur, ordonne aux membres du GIGN de le relâcher. L'officier en charge de la communication à la région de gendarmerie d'Orléans, d'où l'enquête sur ce trafic était pilotée, a confirmé la "méprise". Cet officier a expliqué que le véhicule malencontreusement intercepté par le GIGN était quasiment identique au véhicule visé par les militaires et circulait comme lui avec deux personnes à bord.

700 kg de cannabis interceptés

Finalement, l'interpellation des convoyeurs de drogue a eu lieu et 700 kg de cannabis ont été interceptés. Au total, trois personnes ont été arrêtées sur cette aire de repos. Une quatrième personne a été interpellée dans un hôtel, puis une cinquième près de la frontière franco-espagnole par un peloton autoroutier de la gendarmerie.

Le jeune homme arrêté par erreur, lui, se plaint d'avoir été violenté par les militaires et d'avoir été mordu par un chien" du GIGN, selon l'officier en charge de la communication à la région de gendarmerie d'Orléans. Son passager a lui aussi été brièvement interpellé par le GIGN mais n'a pas porté plainte.