Ils s’étaient fait embaucher de force

  • A
  • A
Ils s’étaient fait embaucher de force
C'est sur un chantier à la cité des Indes, en pleine rénovation, que l'extorsion a eu lieu.@ MAXPPP
Partagez sur :

Trois jeunes de Sartrouville avaient fait pression sur le patron d’une société de sécurité.

Les pressions ont commencé dès le début de ce chantier de rénovation urbaine, à Sartrouville. Trois habitants de la cité des Indes, un quartier sensible de la ville des Yvelines, ont usé de tous les moyens pour que le patron de la société de sécurité employée par le bailleur les engage comme vigiles. Menaces, intimidations, et même incendie d’une pelleteuse feront céder l’homme, contraint d’embaucher deux jeunes.

"On est purement dans une affaire d’extorsion, et dans la mise en place de ce qu’on peut appeler le début d’un système mafieux, même si le mot est un peu fort ", avance François-Xavier Masson, chef de la Sûreté départementale des Yvelines. "Les individus étaient suffisamment imposants physiquement pour ne pas avoir recours à la violence. Mais leur présence et la pression qu’ils mettaient sur les agents de sécurité et sur le patron de cette entreprise suffisaient à les convaincre qu’il était inutile d’aller plus loin Ils ont partiellement réussi."

Une deuxième pelleteuse incendiée

Partiellement, car le patron de la société de sécurité refusera d’engager un troisième jeune, au casier judiciaire particulièrement fourni (trafic de stupéfiants, et extorsion, déjà). Pour justifier la création de ce troisième poste, les deux jeunes déjà en place proposent à leur patron un plan : incendier une deuxième pelleteuse. Malgré le refus de leur employeur, ils mettent tout de même leur plan à exécution, et un deuxième engin est bel et bien détruit la nuit suivante.

C’est alors que tout s’effondre. Lassé, le bailleur décide de changer de société de sécurité pour protéger le chantier. Le patron et les vigiles de la première société acceptent alors de porter plainte et de témoigner, fait rarissime dans ce type d’affaires. Arrêtés et poursuivis pour extorsion, les trois gros bras de la cité ont été incarcérés.