Il tire sur deux intruses à son réveil

  • A
  • A
Il tire sur deux intruses à son réveil
@ GOOGLE MAP
Partagez sur :

Déjà cambriolé à trois reprises, un retraité est tombé nez à nez avec des intrus et a ouvert le feu.

Persuadé d’avoir encore à faire à des cambrioleurs, il n’a pas hésité à ouvrir le feu. René, un retraité de Nissan-lez-Enserune dans l’Hérault, a tiré sur deux jeunes femmes jeudi après-midi, alors qu’il sortait à peine de sa sieste. L’homme est depuis jeudi soir en garde-à-vue, tandis que la police tente de découvrir l’identité des deux jeunes femmes, a révélé le quotidien Midi Libre.

Résidant dans le centre-ville de ce village situé entre Narbonne et Béziers, le septuagénaire avait déjà été victime de trois cambriolages. Alors qu’il vient de se réveiller, René a senti une présence à son domicile et saisi son fusil. Apercevant des ombres dans sa maison, l’homme a tiré à deux reprises, à bout portant.

Inconnues des services de gendarmerie

"Je vois René, fusil à la main. Il me dit : regarde ce que j'ai fait. Et là, je vois la personne entre les deux portes, les tripes à l'air et qui rampe. Je lui ai dit : il fallait pas faire ça, René", a témoigné son voisin au quotidien La Dépêche. Le retraité a immédiatement appelé les secours.

Les deux personnes visées, âgées d’une vingtaine d’années, ont été grièvement blessées au niveau du thorax et des membres inférieurs. L’une des deux femmes a été transportée au centre hospitalier de Béziers et a pu être opérée jeudi soir. L’autre cambrioleuse présumée a été héliportée au CHU Lapeyronie à Montpellier et placé en coma artificiel.

L’identité de ces deux jeunes femmes n’a pas encore été révélée. La gendarmerie a juste indiqué qu’elles n’étaient pas connues de leurs services et qu’aucune disparition n’avait été signalée depuis jeudi soir.

Une série de vols commis par des femmes

Les services de gendarmerie privilégient néanmoins la piste d’un cambriolage. La région est en effet le théâtre depuis quelques mois de nombreux vols à domicile, réalisés en grande partie par de jeunes femmes, selon la gendarmerie. Les forces de l'ordre n'ont, en revanche, retrouvé aucune trace de plaintes pour cambriolage qu'aurait pû déposer le retraité.

Une quarantaine de gendarmes ont été dépêchés sur place pour boucler le secteur et éviter d'éventuelles représailles de la part de proches des cambrioleuses présumées.