Il se présente au commissariat avec un arsenal militaire dans son coffre

  • A
  • A
Il se présente au commissariat avec un arsenal militaire dans son coffre
@ BORIS HORVAT / AFP
Partagez sur :

Un quinquagénaire niçois s'est rendu au commissariat avec des armes et des grenades dans le coffre de sa voiture.

En toute bonne foi, il souhaitait savoir comment se débarrasser d'un véritable arsenal militaire... Mercredi, un homme de 57 ans s'est présenté à la guérite d'un commissariat niçois avec une demande pour le moins étonnante. Dans son coffre, trois kilos de munitions, parmi lesquelles deux détonateurs, trois fusils, deux pistolets, une mine anti-personnelle et, surtout, une quinzaine de grenades !

Dans la chambre à coucher de ses parents. C'est en vidant l'appartement de ses parents décédés que ce quinquagénaire a fait cette découverte. Tout au fond du placard de la chambre étaient conservées de nombreuses armes de guerre ayant appartenu à son père, un ancien militaire. Croyant bien faire et inconscient du risque, le Niçois a alors décidé de transporter lui-même les armes au commissariat.

Un risque inconsidéré. Mais il aurait dû appeler le 17 ou les services de déminage. "Ce sont des matériels très dangereux qu’il faut manipuler avec précaution", rappelle Philippe Noblès, chef de l’office des armes et explosifs à la direction centrale de la police judiciaire. "Il y a toujours un risque d’une explosion, notamment des grenades défensives qui sont censées déchiqueter les chairs. Des détonateurs pyrotechniques peuvent aussi arracher une main, et une grenade au phosphore peut déclencher un incendie violent", énumère-t-il au micro d'Europe 1.

Des tonnes d'armes retrouvées chaque année. Par chance, rien de tout cela ne s'est passé. Les habitants de la région sont peu habitués à tomber par hasard sur des armes datant la Seconde Guerre mondiale, d'où ce réflexe inconscient, selon les policiers. Chaque année, ce sont plusieurs tonnes d’armes et de mines qui sont découvertes en France, essentiellement dans l’est du pays, sur les anciens fronts de guerre.