Il s'évade en sortant de chez le médecin

  • A
  • A
Il s'évade en sortant de chez le médecin
Partagez sur :

Aidé de trois complices, le détenu, condamné pour escroquerie en bande organisée, a réussi à fuir.

Une semaine après l'évasion intervenue à Paris en marge d'une visite de la garde des Sceaux, Christiane Taubira, un nouveau détenu a pris la fuite, lors d'une extraction pour raison médicale, à Sarreguemines, en Moselle. La scène s'est déroulée alors que le détenu, âgé de 42 ans, sortait d'un rendez-vous chez un dermatologue. L'escorte pénitentiaire composée de deux hommes, n'était pas armée, comme le veut la procédure dans le cadre des détenus considérés comme "non-dangereux".

Le détenu surpris

Le détenu a été aidé par trois complices armés qui ont tiré à plusieurs reprises, sans faire de blessé. "Vers 15h20, trois individus encagoulés ont interpellé le véhicule qui escortaient le détenu, en utilisant un fusil à pompe. Ils ont tiré à plusieurs reprises sur le véhicule, qui a été endommagé", a indiqué dans un communiqué la responsable régionale du syndicat pénitentiaire FO, Fadila Doukhi.

Selon Le Républicain Lorrain, la charge "a laissé un trou de la taille d'un poing dans le pare-brise et a fait éclater la vitre arrière en ressortant". L'un des trois hommes aurait crié au détenu visiblement très surpris : "Toi, tu viens avec nous !" Une voiture, immatriculée en Allemagne, attendait le trio dans une rue adjacente, selon Le Républicain Lorrain.

Les quatre individus sont parvenus à s'échapper, et n'ont, pour l'heure, pas été retrouvés. La police judiciaire de Metz a été saisie de l'affaire, indique Le Figaro.fr. Plusieurs témoins ont été auditionnés et les policiers doivent à présent exploiter les images de vidéosurveillance.

Les syndicats interpellent Christiane Taubira

Le détenu avait été condamné à quatre ans d'emprisonnement pour escroquerie en bande organisée, rappelle le quotidien régional. Il était en attente de transfert vers un établissement dédié aux longues peines.

A la suite de cette affaire, FO Pénitentiaire a réclamé "les moyens humains et matériels nécessaires pour les missions d'extraction, qui ne doivent pas se faire en amateur". Il a également appelé la garde des Sceaux, Christiane Taubira, à procéder à un "état des lieux". L'UGSP-CGT a pour sa part indiqué que les personnels de la maison d'arrêt seraient en grève jeudi. "Nous n'acceptons pas d'être considérés comme de la chair à canon", a souligné le syndicat dans un communiqué.