Il passe sept années avec un tube en plastique dans le ventre

  • A
  • A
Il passe sept années avec un tube en plastique dans le ventre
Nelson, préparateur de commandes à Rungis, a été victime d'une erreur médicale. @ AFP
Partagez sur :

Suite à une erreur médicale, Nelson a vécu pendant sept années avec un tube en plastique dans l'abdomen. Sept années de douleurs, d'arrêts maladies et bien sûr d'interrogations.

Nelson a vécu pendant sept années avec un tube en plastique de 25 centimètres dans l'abdomen, suite à une erreur médicale. "Il n'a que 22 ans mais le pas d'un vieil homme. Le ventre balafré par une méchante cicatrice, Nelson, préparateur de commandes à Rungis (Val-de-Marne), a encore du mal à marcher", raconte Le Parisien, qui révèle son histoire. Et de poursuivre, citant l'avocat de Nelson : "En général, les médecins s'en aperçoivent rapidement et réopèrent. Sept ans, c'est exceptionnel. Sa jeunesse est brisée".

Des douleurs persistantes après une opération de l'appendicite. En 2010, Nelson entre à l'hôpital d'Orsay (Essonne) pour se faire opérer d'une appendicite aiguë. Quatre mois plus tard, une douleur irradie le côté droit de son abdomen. Malgré les nombreuses consultations, les médecins de l'hôpital d'Orsay ne trouvent rien d'alarmant, pour eux, c'est musculaire. La douleur persiste pourtant et le jeune homme est parfois contraint d'arrêter de travailler pendant de longues périodes.

Il y a un mois, les douleurs de Nelson sont telles qu'il réveille sa compagne en pleine nuit et la supplie de l'emmener à l'hôpital. On pronostique d'abord une infection aux poumons mais le médecin se ravise, il pense à une embolie pulmonaire qu'il traite avec des anticoagulants. Quarante-huit heures plus tard, le médecin change à nouveau d'avis, il parie cette fois-ci sur... une infection au foie ! Bien sûr tous ces changements de pronostics inquiètent le jeune homme. On lui administre même des vermifuges censés lutter contre un ver tropical logé dans son foie.

L'hôpital poursuivi en justice. Nelson est finalement transféré au Kremlin-Bicêtre. C'est dans cet établissement spécialisé dans les maladies tropicales que l'on comprendra enfin la véritable origine du mal : un corps étranger, un  tuyau rigide et droit, oublié lors d'une intervention chirurgicale. Nelson fait alors immédiatement le lien avec son opération de l'appendicite. Une intervention de trois heures sera nécessaire pour retirer ce corps étranger. Cependant le jeune homme devra être suivi attentivement, notamment pour une infection au foie.

Nelson a décidé de poursuivre l'hôpital d'Orsay en justice, il est en effet exceptionnel que ce genre d'erreur médicale - l'oubli d'un corps étranger lors d'une opération - dure aussi longtemps, et Nelson estime que sa jeunesse, sa vie professionnelle et sa santé ont été dégradées.