"Il ne voulait pas mourir"

  • A
  • A
"Il ne voulait pas mourir"
@ MAXPPP
Partagez sur :

TEMOIGNAGE E1 - La soeur du collégien qui s'est jeté dans l'Isère ne comprend pas son geste.

Son frère s'est jeté dans l'Isère mardi midi et son corps n'a toujours pas été retrouvé. La famille de l'adolescent est effondrée. Sa grande soeur, Aïssatou ne comprend pas ce qui a motivé Oussmane pour enjamber la rambarde et plonger dans la rivière.

"C'est lui qui en a voulu ainsi"

Oussmane était l'avant-dernier d'une fratrie de 11 enfants. Aïssatou ne trouve pas d'explication au geste de son frère : "Ils ont dû lui faire peur et il a eu peur de rentrer à la maison. Il est impulsif donc il s'est jeté, il n'a pas réfléchi. Je sais qu'il n'a pas voulu mourir. On n'a pas à en vouloir à l'école, c'est lui qui en a voulu ainsi", dit-elle, des sanglots dans la voix, au micro d'Europe 1. "Il avait des projets, ce n’était pas un enfant suicidaire " assure t-elle.

"Il ne voulait pas mourir" :

"Les gens en profitaient parce qu'Oussmane ne disait rien"

Des camarades de classe du jeune Oussmane, interrogées par Europe 1, parlent d'une très forte réprimande que le collégien redoutait. Il venait d'être été accusé d'avoir déclenché une alarme incendie durant le cours de sport.

"A la piscine, un élève a déclenché l'alarme pour amuser la galerie. Le professeur lui a demandé qui l'avait déclenché et il a répondu que c'était Oussmane", explique une élève. "Les gens en profitaient parce qu'Oussmane ne disait rien. Ils le frappaient car ils voyaient qu'il ne répondait pas. Ça s'est accumulé et au final il a sauté", ajoute une autre camarade.

Excepté l’incident de l’alarme déclenchée en alarme de sport, Oussmane n’était pas considéré comme un élément perturbateur.