Il menace de mettre fin à ses jours si on lui retire son lion

  • A
  • A
Il menace de mettre fin à ses jours si on lui retire son lion
@ AFP
Partagez sur :

Alertée par un voisin, la gendarmerie a découvert un lion de 14 mois chez un particulier dans l'Hérault.

Alertée par un voisin, la gendarmerie a découvert ce week-end un lion de 14 mois chez un particulier dans l'Hérault. Craignant de se voir retirer l'animal, le propriétaire a menacé de mettre fin à ses jours. 

Il cachait son lion dans la garrigue. Le propriétaire du lion l'a baptisé Siam, et affirme qu'il n'est "pas agressif du tout". Il lui a conçu une cage provisoire en grillage, qu'il cachait en pleine garrigue à l'écart du village de Poussan, non loin de l'autoroute A9. Mais "cette détention est illégale", rappelle dans Midi Libre Cyril Vaccaro, responsable des carnivores à la réserve africaine de Sigean. Pour lui, il ne fait nul doute que le fauve va vite devenir dangereux : "A 18 mois, c'est tout petit, tout mignon. À l'âge adulte, il va faire 240 kg, et son maître ne sera plus du tout capable de le gérer".

Il menace de se tuer si on le lui retire. Anthony Crapet, le propriétaire du lion, a refusé de s'en séparer pour le livrer aux gendarmes. Il lui faut du temps, explique-t-il, pour construire un enclos plus grand, et régulariser la détention de son fauve. Il affirme que Siam lui a été donné par un ami, professionnel du cirque et que sa femme suit une formation d'auxiliaire de santé animale au zoo du Lunaret à Montpellier. "Je me tirerai une balle dans la tête devant tout le monde lundi si on me l'enlève", a prévenu Anthony Crapet. La préfecture de l’Hérault doit décider aujourd'hui si elle saisit l’animal.