Il ligote et détrousse une retraitée, son ADN le trahit

  • A
  • A
Il ligote et détrousse une retraitée, son ADN le trahit
@ AFP
Partagez sur :

Le voleur originaire de Seine-Saint-Denis, connu des services de police, a été interpellé lundi. Il a été condamné à 30 mois de prison dont 12 ferme en comparution immédiate.

L'homme, au casier judiciaire vierge, a agi en amateur. Un homme de 28 ans, qui avait détroussé en mai une retraitée à son domicile en région parisienne, a été confondu. Il avait laissé des traces de son ADN sur les liens lui ayant servi à ligoter sa victime, a-t-on appris jeudi de source policière.

30 mois de prison. Le voleur originaire de Seine-Saint-Denis, connu des services de police mais au casier judiciaire vierge, a été interpellé lundi. Il a été condamné à 30 mois de prison dont 12 ferme en comparution immédiate. Il a été écroué dans la foulée.

30.000 euros de butin. Le 1er mai, deux hommes s'étaient présentés au domicile d'une retraitée de 88 ans vivant seule à Goussainville, dans le Val-d'Oise. Ils avaient ligoté leur victime avant de faire main basse sur 30.000 euros de butin constitué d'espèces et de divers objets de valeur. Ils étaient ensuite parvenus à prendre la fuite. Le complice du voleur est, lui, toujours en cavale.

"Des traces ADN peuvent avoir été laissées par un familier". La police technique et scientifique du Val-d'Oise, qui a trouvé dans le logement de la vieille dame un des liens utilisés par l'un des agresseurs, a pu en extraire l'ADN d'un des malfaiteurs. "La difficulté consiste à écarter certaines hypothèses, des traces ADN peuvent avoir été laissées par un familier (de la victime) ou un livreur", a expliqué le commissaire Thierry Hue-Lacointe, chef de la sûreté départementale du Val-d'Oise.