Il avoue le meurtre de la joggeuse

  • A
  • A
Il avoue le meurtre de la joggeuse
@ GOOGLEMAP
Partagez sur :

Un homme, déjà condamné pour viol, doit être déféré mercredi devant le parquet.

Le corps de la jeune femme portée disparue depuis dimanche à Marcq-en-Baroeul, dans le Nord, a été retrouvé à Phalempin. Le suspect, en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire de Lille, est passé aux aveux au bout de quelques heures d'interrogatoire, selon les informations d'Europe 1.

Ce dernier doit être déféré mercredi matin et devrait être mis en examen pour "enlèvement, séquestration" et "viol suivi de meurtre" en vue d'une mise en examen, a annoncé mardi le parquet.

Dimanche, cette jeune femme de 29 ans était partie faire un jogging en fin d’après-midi. Deux heures plus tard, ne la voyant pas revenir, son mari a donné l’alerte. Des effets personnels lui appartenant avaient été retrouvés.

Tuée à coups de couteau et de tournevis

L'homme a alors reconnu avoir tenté de violer la jeune femme de 29 ans dans la forêt de Phalempin, après l'avoir brutalisée et transportée dans le coffre de sa voiture. Il a également reconnu devant les enquêteurs l'avoir ensuite étranglée et tuée de plusieurs coups de couteau et de tournevis. Une autopsie doit être pratiquée au cours de la journée, notamment pour découvrir si elle a subi des violences sexuelles.

L'homme, déjà condamné pour le viol d'une autre joggeuse, a emmené les enquêteurs sur les lieux de la découverte du corps de la jeune femme. La victime était à peine dissimulée en bordure d'une route en forêt de Phalempin, en région lilloise. Cette forêt est située à une vingtaine de kilomètres de Marcq-en-Baroeul, où la comptable travaillant chez Decathlon avait disparu dimanche soir.

Un violeur "en chasse"

Après l'alerte donnée par le compagnon de la jeune femme, la police a déployé toute la journée de lundi un vaste dispositif dans le secteur. C'est grâce au signalement d'une riveraine que le suspect a pu être arrêté : cette dernière, intrigué par les nombreux aller-venus de sa voiture, avait noté sa plaque d'immatriculation.

Les enquêteurs ont ainsi pu remonter la piste d'un suspect placé immédiatement en garde à vue. sa présence répété sur les lieux de l'enlèvement fait penser aux enquêteurs qu'il était "en chasse" depuis plusieurs jours. Lors des premiers interrogatoires, ce dernier a d'ailleurs parlé de "pulsion irrépressible" pour expliquer son geste.

"Il s'était bien comporté en détention"

L'homme, âgé d'une quarantaine d'années, était déjà connu des services de police. Fiché comme délinquant sexuel, il avait été condamné en février 2006 par les assises des Hauts-de-Seine à 10 ans de réclusion pour viol sous la menace d'une arme, et avait été libéré en 2009. Vivant seul et complexé par ses 130 kg, le suspect entretenait peu de relations avec son voisinage et était bénévole aux Restos du cœur.

"Il s'est très bien comporté en détention", a expliqué le procureur de la république de Lille, avant d'ajouter qu'il n'était alors pas considéré comme dangereux lors de sa libération. Selon l'avocat de la famille de la jeune femme, l'homme était "sous libération conditionnelle" et respectait "ses obligations de suivi judiciaire".