Il avait 1,3 kg de cocaïne dans le ventre

  • A
  • A
Il avait 1,3 kg de cocaïne dans le ventre
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le Ghanéen de 31 ans a été déféré au parquet de Nice pour trafic de stupéfiants international.

100 boulettes de cocaïne… dans l'estomac. Un homme a été interpellé samedi en gare de Nice avec 1,3 kg de drogue. L'homme, un Ghanéen de 31 ans, était parti de Barcelone avec sa marchandise et se rendait en Italie. Il a été présenté à la justice lundi soir pour trafic de stupéfiants, a-t-on appris mardi auprès du parquet de Nice.

Une pratique très dangereuse. Pour transporter la drogue, on parle régulièrement des go-fast ou des convois en tous genres, mais cet homme a utilisé une autre technique : celle des "mules", c'est-à-dire des passeurs qui acceptent de transporter la drogue dans leur ventre. La quantité de drogue transportée est évidemment plus faible mais le risque bien plus élevé.

L'homme interpellé a en effet avalé cent boulettes de cocaïne, chacune enveloppée dans une petite capsule en plastique, soit au total 1,3 kg de drogue dans l'estomac. Le passeur a eu besoin d'une dizaine d'heures pour faire passer une à une les capsules de poudre blanche dans son ventre. Il lui a fallu autant de temps pour les expulser, par voies naturelles, une fois interpellé.

Poursuivi pour trafic international. La mule, aussi appelé "le bouletteux", était parti d'Espagne, avec pour mission d'aller livrer cette cocaïne en Italie. Un transport extrêmement dangereux, car si la moindre capsule éclate ou se perce dans le ventre, c'est la mort par overdose assurée.

Mais le flair des douaniers niçois a permis d'interpeller samedi le passeur de drogue. Confié à la police judiciaire de Nice, il a été placé en garde à vue tout le week-end à la caserne Auvare, rapporte Nice Matin. Le Ghanéen a été déféré au parquet de Nice pour trafic de stupéfiants international.

Des précédents qui ont mal terminé. Il y a quelques années, une adolescente de 15 ans qui arrivait des Antilles avait succombé à ce genre de pratique. Elle avait accepté de transporter pour 3.000 euros quelques centaines de grammes de drogue. Une broutille comparée à la valeur de la marchandise.

De l'exploitation humaine qui n'est pas si rare, rapporte un connaisseur. Chaque année sur le sol Français, plusieurs centaines de passeurs de drogues sont interceptés. Le plus souvent dans les aéroports.