Il accuse un policier d'aveux extorqués

  • A
  • A
Il accuse un policier d'aveux extorqués
Le policier est attaqué en justice pour avoir provoqué un aveu forcé lors d'une garde-à-vue.@ MAXPPP
Partagez sur :

Accusé à tort de viol, il poursuit en justice un agent pour "aveu extorqué lors d'une garde à vue".

Patrick Leveneur, accusé de viol par sa belle-soeur avant d'être mis hors de cause, va attaquer en justice un fonctionnaire de police pour "un aveu extorqué lors d'une garde à vue", a annoncé lundi de son avocat, maître Gilbert Collard. Le policier incriminé doit être assigné mardi au civil, une procédure qui concerne les contentieux entre individus et lui permet de demander des dommages et intérêts.

Patrick Leveneur et son épouse Michelle avaient été placés en garde à vue en mars 1997 après la plainte de leur belle-soeur pour viols. Ce chauffeur de bus résidant dans le Val-de-Marne aurait avoué "pour protéger" sa femme et ses enfants, avant de se rétracter devant le juge d'instruction, confie-t-il dans les colonnes du journal Le Parisien.

En fin de garde-à-vue, un policier lui aurait déclaré : “Ecoute-moi bien, tu avais 17 ans à l’époque des faits, tu ne risques pas grand-chose. Si en revanche tu continues à nier, ta femme va coucher en prison et on lui retirera son bébé au bout d’un an. Tes autres enfants iront à la Ddass“, témoigne Patrick Leveneur dans le quotidien.

4 mois de prison pour rien

Deux ans plus tard, début 1999, la cour d'appel d’Aix-en-Provence a finalement rendu un non-lieu définitif en faveur du couple, soulignant "l'absence de crédibilité des accusations portées par la partie civile", précise Le Parisien. "Cet homme a fait 4 mois de prison sur la base d'un aveu extorqué lors d'une garde à vue. Son innocence a été démontrée, résume Gilbert Collard.

Patrick Leveneur réclame désormais justice. "Pendant sept ans, jusqu'en 2004, j'ai pointé chaque mois au commissariat alors qu'un non-lieu avait été prononcé en 1999", dénonce le chauffeur de bus. “Il commence à sortir d'une dépression et veut aujourd'hui demander des comptes", ajoute son avocat

"Les dangers de la garde à vue"

"Il s'agit de savoir quelles sanctions ont été prises contre ce policier", poursuit Gilbert Collard. L'avocat a demandé 200.000 euros pour Patrick Leveneur et 100.000 euros pour son épouse à titre de réparation, "mais un euro symbolique nous suffirait".

L’avocat espère démontrer avec cette affaire que "le couple a été victime d'une violence policière" qui "peut arriver à n'importe qui". "Cela montre bien les dangers de la garde à vue", conclut-il.