"Hollande démission" : l'avion avait le droit de survoler la zone

  • A
  • A
"Hollande démission" : l'avion avait le droit de survoler la zone
Partagez sur :

Un avion de tourisme tirant une banderole "Hollande démission" a survolé mardi en fin de matinée le mémorial consacré à la Première guerre mondiale que devait inaugurer le président.

Il voulait s'offrir un coup d'éclat en profitant de la visite du président de la République. Un avion de tourisme tirant une banderole "www.Hollande démission.fr" a survolé mardi en fin de matinée le mémorial de Notre-Dame-de-Lorette, consacré à la Première guerre mondiale, inauguré quelques heures plus tard par François Hollande.

Le survol a été revendiqué sur Twitter par David van Hemelryck, un agitateur qui s'est fait notamment connaitre lors des "Manifs pour tous", contre le mariage homosexuel, et par le biais de son site internet. L'aéronef et son  pilote ont ensuite été escortés jusqu'à l'aérodrome le plus proche.

Interdiction de survol entre 13h30 et 17h30. L'aéronef avait décollé de Vitry-en-Artois, à 20 km à vol d'oiseau de Notre-Dame-de-Lorette. Le lieu des célébrations était frappé d'une interdiction de survol temporaire prise par précaution à partir de 13h30 jusqu'à 17h30. Par précaution donc, dans ce créneau, tout survol de la zone était interdit, alors que le chef de l’État devait arriver sur place à 15 heures.

L'avion tirant la banderole a donc survolé le site et les abords du site avant le créneau d'interdiction, ce qui n'a pas empêché l'Armée de l'air de l'escorté. Il s'est finalement posé sous la contrainte d'un hélicoptère de l'armée, sur l'aérodrome d'Arras à 13h25, à une dizaine de kilomètres de la zone.

Techniquement, l'avion avait donc le droit, à ce moment là de survoler la zone.

Aucune infraction ne semble pouvoir lui être reprochée.  Les militaires de la gendarmerie des transports aériens ont tout de même passé l'après-midi à vérifier sa licence de vol et ses papiers. Ils se sont surtout assurés qu'il ne redécollerait pas pendant la cérémonie. L'homme a finalement été laissé libre sans poursuites à 17h30.