Haute-Vienne : une fillette retenue par son père délivrée par le GIGN, l'homme retrouvé mort

  • A
  • A
Haute-Vienne : une fillette retenue par son père délivrée par le GIGN, l'homme retrouvé mort
Après l'échec de négociations entamées par les gendarmes, le GIGN arrivé sur place en milieu d'après-midi, a finalement donné l'assaut.@ AFP
Partagez sur :

Un homme est mort jeudi après s'être vraisemblablement immolé par le feu dans un village de Haute-Vienne. Il retenait en otage sa fillette d'un an.

Un homme, qui retenait en otage sa fillette d'un an jeudi dans un village de la Haute-Vienne est mort après s'être vraisemblablement immolé par le feu, alors que le GIGN a donné l'assaut pour récupérer l'enfant, a indiqué la gendarmerie. La fillette a été extraite saine et sauve. "Elle ne présente que de très légères blessures" et a été admise à l'hôpital de Limoges pour observation, a précisé la gendarmerie. 

L'homme retenait depuis le matin sa fillette au domicile de ses beaux-parents à La Roche-L'Abeille, village de 600 habitants à une trentaine de km au sud de Limoges, où il avait fait irruption plus tôt dans la matinée. C'est là que se trouvait notamment son ex-compagne, avec l'enfant, et le grand-père de la fillette. "S'en sont suivies des violences au cours desquelles la maman et le grand-père sont parvenus à s'extraire pour se réfugier dans le voisinage immédiat", a indiqué la gendarmerie. L'homme est alors resté seul avec l'enfant. La gendarmerie n'a pas confirmé si l'homme, âgé d'une quarantaine d'années, était armé. 

Le GIGN intervient dans l'après-midi. Après l'échec de négociations entamées par les gendarmes, dont une trentaine étaient déployés sur place, le Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN), arrivé sur place en milieu d'après-midi, a finalement donné l'assaut vers 16h45 et extrait la fillette du domicile.

Une enquête ouverte. L'homme a été découvert mort, le corps brûlé. "Il pourrait s'être immolé par le feu, l'enquête devra le confirmer", a indiqué la gendarmerie, qui a évoqué un contexte de "séparation houleuse". Un membre du GIGN a été "très légèrement blessé" au cours de l'assaut, selon la gendarmerie qui n'a pas donné plus de détail. Le parquet de Limoges a indiqué jeudi soir qu'une enquête en flagrance était confiée à la Section de recherche de la gendarmerie de Limoges avait été ouverte pour établir les circonstances du drame. Une autopsie du corps de l'homme sera réalisée dans les prochains jours.