Haute-Garonne: un homme tué par balle

  • A
  • A
Haute-Garonne: un homme tué par balle
@ MAXPPP
Partagez sur :

DRAME - Une violente dispute entre la victime et son père avait éclaté samedi soir, à Ondes. Le père a été placé en garde à vue.

Il est suspecté du meurtre de son fils. Un homme a été placé en garde à vue samedi soir après la mort de on fils. La victime, âgée de 29 ans a été tué par balle dans la nuit de samedi à dimanche à Ondes, en Haute-Garonne. Une violente dispute entre le père et son fils avait éclaté dans la soirée, a-t-on appris de source judiciaire.

Une violente dispute qui se termine au domicile familial. D'après les premiers éléments de l'enquête, le père de 59 ans et son fils se sont disputés lors d'une réunion familiale et amicale dans la salle des fêtes de ce petit village de 700 habitants, à 25 km au nord-ouest de Toulouse. "A l'issue de cette dispute, le père a regagné son domicile et le fils l'y a rejoint. Une nouvelle dispute a alors éclaté" et le coup de feu mortel a été tiré, a indiqué Michel Valet.

Le jeune homme a été atteint d'une balle tirée par un fusil de calibre 22 long rifle. Il a succombé à ses blessures vers 1 heures a précisé le procureur de la République de Toulouse Michel Valet.

Les motifs de la dispute inconnu. Les gendarmes de la brigade de recherches de la compagnie de Toulouse Mirail ont été chargés des investigations et conduisaient dimanche les auditions du père en garde à vue. Le procureur n'a pas souhaité s'avancer sur l'origine de la dispute, tout en soulignant que "bien souvent, les motifs de telles disputes paraissent bien dérisoires au regard des conséquences".

Vers une mise en examen. Le père pourrait être déféré dès lundi au tribunal de grande instance de Toulouse en vue de son éventuelle mise en examen. Le même jour sera procédé à l'autopsie de son fils. Le village d'Ondes, situé à la frontière avec le Tarn-et-Garonne, avait été en 1972 le théâtre d'un fait divers retentissant : un couple d'anglais avait été retrouvé égorgé dans les vignes. Un Toulousain et son neveu avaient été condamnés à mort en 1976, une peine commuée en réclusion criminelle à perpétuité en 1977.