Quand une compagnie d'assurance fait espionner un handicapé

  • A
  • A
Quand une compagnie d'assurance fait espionner un handicapé
@ MaxPPP
Partagez sur :

Une compagnie d'assurance a ordonné la filature, par un détective privé, d'un homme handicapé suite à une erreur médicale. 

Depuis dix ans, Sylvain Remiat est handicapé en raison d'une erreur médicale. Atteint d'un mal de dos, cet ancien chauffeur routier se voit diagnostiquer un lumbago. Il souffre en réalité d'une sciatique paralysante. Il restera lourdement handicapé.

Un détective privé avec un téléobjectif. Mais dix ans plus tard, cet habitant de Saint-Léger-des-Bois, près d'Angers, attend toujours son indemnisation. La compagnie d'assurance du médecin rechigne en effet à l'indemniser, rapporte Le Courrier de l'Ouest. Elle est allée jusqu'à le faire suivre par un détective privé, qui muni d'un téléobjectif, a pris pendant deux mois des dizaines de clichés. 

"Je trouve ça honteux". "On m'a suivi en train d'acheter mon pain, d'amener mon fils à l'école, ou encore d'aller à la pêche", raconte Sylvain Remiat à Europe 1. On est rentré dans ma vie intime, tout ça pour ne pas m'indemniser, je trouve ça honteux", ajoute-t-il. Selon lui, l'objectif était de prouver qu'il n'était pas vraiment handicapé. "Ma paralysie ne se voit pas, tant que je ne suis pas en fauteuil roulant, pour eux, ma paralysie n'existe pas". 

L'avocate du plaignant dénonce un procédé scandaleux et inhumain. "Je n'ai rien à me reprocher. Aujourd'hui, on m'a gâché ma vie, il doit y avoir réparation", exige Sylvain Remiat, qui assure ne plus oser sortir de chez lui. Son dossier sera jugé en appel mercredi.