Guyane : deux militaires français tués

  • A
  • A
Guyane : deux militaires français tués
@ DR
Partagez sur :

Ils ont été pris dans une embuscade lors d'une opération contre l'orpaillage clandestin.

Deux militaires ont trouvé la mort mercredi lors d'une opération conjointe entre l'armée et la gendarmerie contre l'orpaillage clandestin en Guyane. Deux gendarmes ont également été grièvement blessés et un autre plus légèrement lors de cette embuscade menée en deux temps.

Les deux militaires tués faisaient partie du 9e RIMa, qui participe aux opérations "Harpie" contre les orpailleurs. L'un est un caporal-chef de 32 ans, père d'un enfant, l'autre un adjudant de 29 ans. Le pronostic vital des deux gendarmes grièvement blessés n'est pas engagé, a assuré le colonel Didier Laumont, commandant de gendarmerie de la région.

Un hélicoptère essuie des tirs

Les victimes faisaient partie d'un groupe de militaires et gendarmes revenus à proximité des lieux où un peu plus tôt un hélicoptère de la gendarmerie avait essuyé des tirs, dans la région de Dorlin, située à 200 kilomètres de la côte, sur l'immense territoire de la commune de Maripasoula.

Cet hélicoptère participait à une opération de sécurisation de la zone devant permettre l'installation progressive d'une société minière légale dans cette région qui est un haut lieu isolé de l'orpaillage clandestin en Guyane depuis près de 20 ans, sans accès terrestre depuis le littoral. Des géologues devaient initialement se rendre sur place dès jeudi.

"Ils sont tombés dans une embuscade"

Vers 10 heures (heure locale), l'hélicoptère a essuyé des tirs, blessant légèrement à la cuisse un adjudant de 44 ans. "C'est comme si quelqu'un avait vidé le chargeur de son pistolet sur l'hélicoptère", a rapporté un témoin. Il y a eu au moins six impacts de tir sur l'appareil.

Vers 13 heures, les autorités décidaient de déposer à environ 2 km de l'incident une douzaine de gendarmes et 18 à 20 militaires. Après avoir marché une centaine de mètres sur un sentier bordé de forêts, ils ont essuyé un feu nourri. "Ils sont tombés dans une embuscade", a assuré la préfecture au micro d'Europe 1.

Deux militaires sont tués et deux autres gendarmes sont blessés. Selon les informations recueillies par Europe 1, un adjudant de 40 ans a reçu deux balles à l'abdomen mais, a priori, aucun organe vital n'est touché. Un maréchal des logis de 38 ans est lui atteint de deux balles : l'une dans l'épaule, l'autre dans la jambe.

Au moins 5 morts en janvier

En janvier dernier à Dorlin, dans les heures précédant la visite de Nicolas Sarkozy en Guyane, des heurts entre bandes armées avaient fait cinq morts avérés - leurs corps ont été retrouvés - et "vraisemblablement un 6e", avait indiqué le parquet sur la base de "témoignages concordants". Le sixième corps aurait été jeté à Dorlin au fond d'un puits clandestin de l'orpaillage et n'en a, depuis, jamais été extirpé.

Le dispositif "Harpie", mis en place en 2008 et faisant suite à l'opération Anaconda, a pour mission d'éradiquer l'orpaillage clandestin et associe le parquet, la gendarmerie, l'armée, la police aux frontières, la douane et l'Office national des Forêts. En 2010, un soldat de l'armée française avait déjà trouvé la mort lors d'un incident avec des orpailleurs.