Grenoble sous tension

  • A
  • A
Grenoble sous tension
@ CAPTURE D'ECRAN DAILYMOTION
Partagez sur :

Sur place, Brice Hortefeux a dit vouloir rétablir "l'ordre public (...) par tous les moyens".

Echanges de tirs, voitures brûlées et arrestations : de violents incidents ont éclaté dans la nuit de vendredi à samedi à Grenoble après la mort d'un braqueur de casino tué la nuit précédente lors d'un échange de tirs avec la police.

Après 2 heures du matin, un homme manifestant au sein d'un groupe d'une quarantaine de personnes a sorti une arme de poing et tiré en direction des forces de l'ordre. Celles-ci ont été mobilisées en grand nombre toute la nuit, notamment des CRS, dans le quartier de la Villeneuve, d'où était originaire le braqueur tué.

Plus de 50 voitures brûlées

Les policiers ont alors ouvert le feu afin de disperser la foule et d'"assurer leur sécurité.

Par ailleurs, entre "50 et 60 voitures" ont été brûlées et deux jeunes (dont un mineur) ont été arrêtés dans la nuit, selon le bilan définitif de la police.

De petits groupes de casseurs s'en sont également pris à coups de battes à des abribus et à un tramway.

Un braqueur de casino tué

La veille, Karim Boudouda, 27 ans, déjà condamné trois fois aux assises pour vol à main armée, avait trouvé la mort dans une course-poursuite après sa fuite du casino d'Uriage-les-Bains, près de Grenoble. Avec son complice, toujours recherché, il s'était fait remettre, sous la menace d'armes lourdes, le contenu de la caisse.

La course-poursuite avait pris fin dans le quartier de la Villeneuve. "Les malfaiteurs avaient ouvert le feu à au moins trois reprises vers les policiers", avait expliqué le procureur de la République de Grenoble. La police avait répliqué et touché la victime.

"Le quartier a très mal vécu la mort du jeune", a expliqué un habitant. "Ils l'ont laissé crever par terre, ils ont laissé son corps sur le bitume au lieu de le transporter", ajoute-t-il répétant la thèse qui circule dans ce quartier de la Villeneuve.

Hortefeux sur place

Brice Hortefeux s'est rendu samedi après-midi au quartier de la Villeneuve. Sur la voiture de police où se trouvait un adjoint de sécurité blessé dans la nuit, le ministre de l'Intérieur a pu constater des impacts de balles sur le pare-brise.

"Nous allons rétablir l'ordre public et l'autorité de l'Etat" au plus vite et par "tous les moyens", a martelé le ministre. "J'ai demandé à ce que soient renforcés les moyens de police judiciaire et d'investigation", a-t-il conclu.