Grégory : des analyses "négatives"

  • A
  • A
Grégory : des analyses "négatives"
Les analyses d'un cheveu et de cordelettes ayant servi à entraver l'enfant n'ont rien donné.@ MAXPPP
Partagez sur :

Ces dernières analyses portaient sur des cordelettes qui ont entravé l'enfant et un cheveu.

L'ADN n'a finalement pas parlé. Les analyses demandées par les parents de Grégory Villemin, assassiné il y a 27 ans, n'ont rien donné : elles ont débouché sur des résultats "négatifs", a annoncé lundi le procureur général de la cour d'appel de Dijon, Jean-Marie Beney.

Ces analyses portaient sur un long cheveu retrouvé sur le pantalon de l'enfant de 4 ans ainsi que sur des cordelettes ayant servi à l'entraver. Le procureur général de la coup d'appel de Dijon a précisé qu'aucun ADN n'avait pu être "extrait" sur les cordelettes. Quant à l'ADN retrouvé sur le cheveu, sa comparaison avec ceux des protagonistes de l'affaire n'a rien donné non plus.

"Rude déception" pour les parents

Pour les parents de Grégory, c'est une "rude déception", a affirmé leur avocat, Me Moser. Le cheveu et la cordelette étaient considérés comme les pièces les plus importantes à examiner, sur les six analyses demandées. A la demande des parents de l'enfant retrouvé noyé, pieds et poings liés dans la Vologne, dans les Vosges, le 16 octobre 1984, la justice avait en effet ordonné six nouvelles analyses en 2010. Le but : "aller au bout de ce qui est techniquement possible" pour résoudre cette énigme judiciaire.

Les trois premières analyses s'étaient déjà soldées par un résultat négatif en septembre 2011. Il s'agissait de la recherche d'ADN sur deux couples voisins des Villemin, celle au dos d'un timbre sur une lettre anonyme signée "Corinne" ainsi que de la recherche de traces de foulage, c'est-à-dire de reliefs sur une page dus à la pression de l'écriture, sur la lettre de revendication du meurtre.

La voix du corbeau parlera-t-elle ?

Le dernier espoir pour Jean-Marie et Christine Villemin réside désormais dans la comparaison des voix du corbeau avec celles des différents protagonistes de l'affaire. Cette analyse est "toujours en cours". D'après l'avocat des parents de Grégory, les résultats sont attendus pour "le printemps 2012".