Gironde : coups de feu dans une école

  • A
  • A
Gironde : coups de feu dans une école
"Deux hommes armés d'un fusil se sont introduits vers 16h40, peu après la sortie des classes, dans la cour de l'école et ont tiré des coups de feu", ont indiqué les gendarmes.@ GOOGLE MAP
Partagez sur :

Une rixe entre deux familles a eu lieu mardi, à l'heure de la sortie des classes.

Une rixe entre deux familles devant l'entrée d'une école de Parempuyre, en Gironde, à l'heure de la sortie des classes, s'est soldée par deux coups de feu et deux blessés parmi les personnes impliquées, sans faire de victimes au sein de l'école, a-t-on appris mardi auprès des gendarmes.

Une bagarre liée à un contentieux ancien

Un premier protagoniste a été blessé à l'arme blanche, au visage. Il a lui-même riposté avec une arme de poing, blessant son adversaire à l'abdomen. Cet homme, qui a cherché à se réfugier dans l'école, a été poursuivi par un troisième individu, qui, armé d'un fusil, a tiré un coup de feu le visant, dans la cour, sans atteindre qui que ce soit, a-t-on appris de même source.

Les deux blessés ont été hospitalisés à l'hôpital Pellegrin de Bordeaux tandis que le troisième homme, auteur du coup de feu dans l'école, a été interpellé, a-t-on encore précisé.

Le parquet a été saisi d'une enquête en flagrance concernant cette affaire, apparemment le fruit "d'une altercation ancienne entre familles, pas liée au cadre scolaire".

"Tout le monde a hurlé"

Un voisin qui habite en face de l'école a été témoin de la scène. "Le premier a pris le couteau, lui a ouvert l'oreille, la joue. Son fils, je pense, est arrivé. Il a pris un fusil, il est rentré en courant dans l'école et il a tiré en l'air juste à l'entrée du portail. Tout le monde a hurlé, s'est couché. Et après, il a tiré dans la vitre et ils sont repartis aussitôt", raconte-il au micro d'Europe 1.

L'inspection d'academie de Gironde a de son côté décidé de mettre en place une cellule psychologique pour les enfants, parents et enseignants.  Les parents et les enseignants avaient commencé à mettre les enfants à l'abri mais certains ont pu assister à la scène. Selon Sud Ouest les enfants présents ont en effet été "confinés" pendant un certain temps avant de pouvoir quitter l'établissement.

Le colonel Xavier Dussept, commandant du groupement de Gendarmerie de Gironde a précis que le secteur avait immédiatement été bouclé. Une cinquantaine de gendarmes, un hélicoptère et une équipe cynophile ont été mobilisés, a-t-il déclaré, en précisant que les gendarmes continuaient à sécuriser le secteur.