Gennevilliers : une explosion fait un mort

  • A
  • A
Gennevilliers : une explosion fait un mort
@ Capture écran google map
Partagez sur :

Un four à combustion a explosé dans une usine en feu. Ses deux dirigeants ont été entendus.

Un agent de sécurité a été tué et 12 personnes ont été blessées dans une explosion précédée d'un incendie, mercredi matin, dans une usine à Gennevilliers, dans les Hauts-de-Seine.

L'incendie, vraisemblablement d'origine accidentelle, est survenu vers 3h30 du matin dans une usine de carbone du groupe Carbone-Lorraine, située au 41, rue Jean-Jaurès (voir photo). Il a été suivi une heure plus tard d'une explosion "très violente" d'un four à combustion.

Les victimes

La personne décédée, âgée de 51 ans, faisait partie de l'équipe interne de pompiers de l'usine. Parmi les douze blessés, dont quatre policiers et quatre sapeurs-pompiers, le plus sévèrement touché est un jeune gardien de la paix stagiaire, brûlé à près de 80%, et qui a dû être plongé dans un coma artificiel.

L'enquête s'annonce longue et difficile. Le procureur de la République a précisé que "les enquêteurs" n'avaient "pas pu pénétrer sur les lieux" mercredi "car il y a un risque d'effondrement (...) de la structure".

Prise de risque inconsidéré ?

Deux dirigeants de l'usine ont été entendus mercredi en fin d'après-midi. Le site de Gennevilliers n'est pas classé Seveso.

Le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux, qui s'est rendu sur place, a estimé qu'il était "encore trop tôt" pour expliquer les circonstances du sinistre. L'explosion a eu lieu dans un four à très haute température "qu'on ne peut pas éteindre avec de l'eau, ce qui a compliqué techniquement la gestion de cet incendie", a déclaré le ministre.

Moins prudent, le ministre de l'Industrie, Christian Estrosi, a jugé quant à lui que les risques n'avaient pas été "suffisamment mesurés" durant l'intervention des secours. "Seuls ceux qui étaient à proximité, parce qu'on n'a pas mesuré le risque qu'il y avait dans les mesures à prendre pour éteindre l'incendie, ont été touchés. S'ils n'avaient pas été à proximité, nous n'aurions aucun incident à l'heure actuelle, ça veut dire qu'il faut tirer toutes les conséquences de l'enquête pour que cela ne puisse plus jamais se produire", a t-il ajouté.