Gard : un ancien pompier volontaire écroué pour plusieurs départs de feu

  • A
  • A
Gard : un ancien pompier volontaire écroué pour plusieurs départs de feu
Plusieurs départs de feu avait eu lieu durant l'été (image d'illustration).@ BORIS HORVAT / AFP
Partagez sur :

L'homme a été interpellé en flagrant délit, vendredi, après plusieurs départs de feu cet été dans les environs de Milhaud.

Un ancien pompier volontaire, âgé de 57 ans, a été incarcéré vendredi pour trois mises à feu dans les environs de Milhaud dans le Gard, la justice le soupçonnant d'être à l'origine d'une quarantaine d'incendies dans le même secteur durant l'été.

Interpellé en flagrant délit. L'homme, qui portait des traces de brûlures sur le corps, a été mis en examen pour destruction du bien d'autrui par moyen dangereux et écroué vendredi en fin de journée. Il avait été interpellé la veille après trois mises à feu, qui ont brûlé trois hectares, grâce à un témoin qui l'avait aperçu sortir d'un bosquet en flammes. "Interpeller un suspect en flagrant délit sur un départ de feu, c'est extrêmement difficile, il a fallu un peu de chance, ce témoin visuel qui a fait ce geste citoyen et la présence rapide des gendarmes sur les lieux", a expliqué le colonel Stéphane Lacroix, commandant du groupement de gendarmerie du Gard.

Le quinquagénaire a été pompier volontaire lorsqu'il vivait dans l'est de la France et n'est, a priori, pas connu de la justice pour des faits similaires, a précisé le colonel Lacroix. Selon une magistrate de permanence au parquet de Nîmes, l'homme a reconnu lors de sa garde à vue les trois départs de feu. Il a contesté être à l'origine de la quarantaine d'incendies survenus sur la commune de Milhaud, située à huit kilomètres au sud-ouest de Nîmes.

Plusieurs incendies cet été. Le 18 juillet, six hectares avaient été parcourus par les flammes qui avaient un temps menacé des habitations. Le 12 août, l'autoroute A9, qui passe à proximité de la commune, avait été fermée à la circulation pour faciliter le travail des pompiers et des Canadairs confrontés à un incendie qui avait brûlé huit hectares. Le pyromane présumé "vit dans une caravane, il n'a pas véritablement d'emploi et il fait partie de la communauté des gens du voyage sédentarisés. C'est quelqu'un qui s'alcoolise très régulièrement", a rapporté la magistrate.