Gard : les cambrioleurs ont frappé 600 fois

  • A
  • A
Gard : les cambrioleurs ont frappé 600 fois
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les huit malfaiteurs interpellés mardi dans le Gard étaient de véritables recordmen du vol.

600 cambriolages en un peu plus d'un an. Un gang de cambrioleurs a été interpellé mardi dernier dans le Gard. Et depuis que les enquêteurs sont sur l'affaire, ils vont de surprise en surprise : les huit cambrioleurs auraient en effet essaimé la région nîmoise avec pas moins de 600 cambriolages dans l'année. Ils opéraient près de chez eux, dans le nord du Gard.

>> A lire - Une bande de cambrioleurs en série démantelée

Vêtus comme des guerriers. A eux seuls, ces malfaiteurs auraient commis 20% des cambriolages de tout le département. C'est la conviction des gendarmes, qui les ont arrêtés et qui parlent d'une équipe très organisée, presque para-militaire. Le Lieutenant-colonel David Flotat, qui commande la compagnie de gendarmerie de Bagnols-sur-Cèze, parle en effet de malfaiteurs suréquipés.

"On a affaire à une équipe qui est globalement assez chevronnée. Ils étaient équipés de cagoules, de gants pour se protéger, équipés de treillis quasi-militaires. Et puis, ils avaient un équipement technique qui leur permettait d'ouvrir portes, volets, fenêtres, etc.", raconte le lieutenant-colonel au micro d'Europe 1.

"Tout ce qui pouvait être intéressant, ils le volaient". Autre distinctif des cambrioleurs : ils volaient tout ce dont ils avaient besoin et pas seulement des objets de grandes valeurs. "Ils ne s'attachaient pas particulièrement à cambrioler et à voler du multimédia - comme on le voit souvent - ou des bijoux ou de l'or. Mais ils s'intéressaient aussi à de l'électroménager, à des jouets pour enfants, à de l'alimentation. Tout ce qui pouvait être intéressant soit à revendre, soit pour eux-mêmes, ils le volaient", résume David Flotat.

Un homme mis en examen. Le profil des malfaiteurs interpellent également les enquêteurs. Il ne s'agit en effet pas de voleurs itinérants, mais de personnes qui habitent dans le secteur où ils cambriolaient. Selon les informations d'Europe 1, certains ont même une activité légale, comme artisan ou employé. Parmi les huit individus placés en garde à vue mardi, un d'entre eux a été mis en examen et laissé libre sous contrôle judiciaire, trois se trouvent toujours en garde à vue vendredi. Et les quatre compagnes des voleurs ont été laissées libres.