Fusillade : deux personnes en fuite

  • A
  • A
Fusillade : deux personnes en fuite
Deux hommes ont été très grièvement blessés par balles dans la nuit de samedi à dimanche dans le quartier parisien de Belleville (11e arrondissement), dans une fusillade.@ MaxPPP
Partagez sur :

Ils ont tiré en rafale sur deux personnes, à Paris. Le pronostic vital des victimes n'est plus engagé.

Deux hommes ont été très grièvement blessés par balles dans la nuit de samedi à dimanche, dans le quartier de Belleville à Paris, au cœur d'une fusillade. Deux autres personnes, soupçonnées d'être les tireurs, ont pris la fuite à bord d'un deux-roues, a-t-on appris de source policière.

Le pronostic vital, engagé cette nuit, ne l'est plus pour les deux victimes, âgés de 25 et 28 ans. Tous les deux ont été transportés à l'hôpital par les pompiers. Chacune des deux victimes, connues dans le quartier selon certains témoignages, aurait à son actif "une trentaine d'implications" dans des faits délictueux, qui n'étaient pas précisés dimanche matin.

Les deux tireurs en fuite

Aucune indication n'était disponible dans la nuit sur les deux présumés tireurs en fuite, qui étaient casqués au moment de la fusillade, survenue vers 23h40, rue Louis Bonnet, dans le 11e arrondissement de la capitale.



Les tirs, nourris, rapides, provenaient semble-t-il d'un pistolet automatique ou mitrailleur, a-t-on encore indiqué sur place de source policière. Les enquêteurs ont retrouvé sur place une vingtaine de douilles. Ils n'ont pas fait d'autre blessé que les deux hommes ciblés, dans ce qui était interprété dans le quartier comme un règlement de comptes. La brigade criminelle est chargée de l'enquête.



"J'ai eu la peur de ma vie"

Selon la RATP, interrogée en début de nuit, un des accès à la station avait été fermé peu après la fusillade, un des hommes visés ayant semble-t-il cherché à se réfugier à l'intérieur de la station de métro.

Selon un témoignage rapporté par un site d'information participatif, "Streetpress", deux hommes auraient déboulé sur un deux-roues, moto ou scooter. L'un d'eux serait descendu du véhicule et aurait ouvert le feu sur deux autres hommes, dont l'un se serait effectivement réfugié dans les escaliers de la station de métro. D'après le site qui fait parler un témoin : "les victimes sont connues dans le quartiers comme des magouilleurs."



"J'ai eu la peur de ma vie", confie ce témoin, estimant la durée de la scène à "bien trois minutes". Trois heures après la fusillade, le secteur était toujours sécurisé par la police qui, menant son enquête, en interdisait l'accès aux personnes extérieures au quartier.