Fusillade de Lille : "elle est morte gratuitement"

  • A
  • A
Fusillade de Lille : "elle est morte gratuitement"
@ JESSICA JOUVE
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE E1 - Le père d'une des victimes de la fusillade de Lille ne cache pas son indignation.

"Nous sommes très abattus". Le père de Sabrina, la jeune femme tuée lors de la fusillade dans une discothèque de Lille, est encore sous le choc. Yves Vasseur a confié son indignation au micro d'Europe 1 mardi soir.

"C'était la mauvaise heure, le mauvais endroit. Elle est décédée gratuitement, on l'a tuée gratuitement, alors qu'elle ne demandait rien, elle n'était pas en cause dans ce différend à l'entrée du 'Theatro'", a expliqué le père de Sabrina. La jeune femme âgée de 26 ans a en effet été la victime d'une vengeance qui ne la concernait pas directement. Un homme de 26 ans a également été tué lors de la fusillade.

"Une jeune fille qui était pleine de vitalité" :

 

Les faits se sont produits vers 3 heures du matin, rue Gambetta, à 100m de la place de la République. Furieux d'avoir été éconduit de la discothèque spécialisée en RnB, un client est revenu devant l'établissement pour ouvrir le feu avec une arme de type kalachnikov. Là, il a tiré en rafale sur des personnes qui se trouvaient à l'entrée de la discothèque.

La jeune femme qui se trouvait devant le bâtiment, a été victime d'une balle perdue. "Sabrina était une jeune fille qui était pleine de vitalité, pleine de projets, toujours positive, toujours allant de l'avant. La dernière fois qu'on l'a revue, c'était jeudi, au retour de ses vacances. (…) Nous sommes très abattus. On n'est jamais prêt au décès de son enfant, surtout dans de telles circonstances", s'est ému le père de la victime.

"Nous avons beaucoup de questions"

"Les faits se sont déroulés en deux temps, il y a bien eu préméditation, le tireur a eu le temps de penser à ce qu'il faisait, et l'arme se trouvait déjà dans son véhicule", a noté dans la semaine une source proche de l'enquête. Des précisions qui interpellent Yves Vasseur.

"Nous avons beaucoup de questions : comment peut-on détenir des armes de guerre ? Puisque c'est une kalachnikov. Comment il se les procure ? On a également le sentiment que c'était prémédité, que c'est par vengeance, qu'il a voulu marquer son indignation d'être refoulé, mais en tuant des innocents", s'est indigné le père de Sabrina.

"On demande que justice soit faite car rien ne justifie un tel comportement pour un simple refus de rentrer dans une boite de nuit", poursuit-il ému. L'auteur présumé des coups de feu, Fayçal Mokhtari, âgé de 32 ans est activement recherché. Lui et son complice pourraient s'être enfuis en Belgique ou le principal suspect possède un logement.