Fusillade dans la Somme : un gendarme a succombé à ses blessures

  • A
  • A
Fusillade dans la Somme : un gendarme a succombé à ses blessures
Partagez sur :

Une fusillade s'est produite mardi près d'Amiens dans un camp de gens du voyage, à Roye. Quatre personnes sont mortes dont un nouveau-né de 6 mois et un gendarme, qui a succombé à ses blessures.

Quatre morts et trois blessés, c'est le bilan d'une terrible fusillade qui a éclaté mardi soir à Roye, dans la Somme. Les faits se sont produits vers 18 heures quand les gendarmes sont appelés pour des coups de feu dans un camp de gens du voyage. Arrivés sur place, les militaires sont alors mis en joue par un homme. Un échange de coups de feu se produit : un gendarme, âgé de 44 ans est très grièvement blessé et un second, âgé de 26 ans, est touché au bras. Le premier militaire a succombé à ses blessures dans les heures suivantes, a annoncé la préfecture.

Le tireur présumé, également atteint sans que son pronostic vital ne soit engagé, a été interpellé sur place. 

Trois autres corps dans le camp, dont un bébé de 6 mois. Lors de leurs fouilles du camp, les militaires découvrent les corps sans vie de trois autres personnes : un homme, une femme et un nouveau-né âgé de 6 mois. Un second enfant, âgé de trois ans, est quant lui très grièvement blessé. Selon nos informations, il est fort probable que l'homme interpellé soit l'auteur de la première fusillade qui a fait trois morts dans ce camp. 

Cazeneuve évoque un tueur qui serait entré dans le camp. "Un homme est entré dans cette aire destinée à accueillir de gens du voyage et a tué froidement un bébé de 6 mois, une femme, un homme et blessé plusieurs personnes, dont deux gendarmes et un autre enfant (âgé) de trois ans", a précisé Bernard Cazeneuve mardi soir. "Je tiens à exprimer solennellement ma tristesse et ma compassion à l'égard de la famille qui a été décimée par ce tueur", a poursuivi le ministre de l'Intérieur.

Il a ensuite salué l'action des gendarmes et exprimé sa "gratitude" et ses "remerciements" aux gendarmes "qui se sont courageusement interposés pour éviter que ce drame ne soit plus grave encore". "Cet événement montre une fois encore la bravoure et le rôle que joue les forces de sécurité en exposant jusqu'à leurs vies pour assurer celle des autres", a ajouté Bernard Cazeneuve. "Je veux aussi dire à la communauté des gens de voyage mon émotion - que je partage avec la leur - après ce drame", a-t-il conclu qualifiant cette affaire d'"absolument dramatique". 

François Hollande a pour "saluer le courage et l’engagement des forces de la gendarmerie et leur apporte tout son soutien dans cette épreuve". "Le Chef de l’Etat fait part de toute sa solidarité aux familles des victimes et à leurs proches", a ajouté l'Elysée dans un communiqué. 


Europe 1 condamne l'agression de son envoyé spécial sur place. Mardi soir, Europe 1 a appris l'agression de Lionel Gougelot, l'envoyé spécial d'Europe 1 à Roye. Alors qu'il essayait de faire son travail, le reporter d'Europe 1 et son confrère de RTL Franck Antson ont été brutalement agressés par un groupe de six personnes. Europe 1 condamne avec la plus grande fermeté ces agressions.