Fusillade à Marseille : trois morts

  • A
  • A
Fusillade à Marseille : trois morts
@ SYLVAIN THOMAS / AFP
Partagez sur :

Ce fait divers porte à au moins huit le nombre de victimes de meurtre par balle en pleine rue à Marseille et ses environs depuis le début de l'année. 

Trois hommes ont été tués par balles samedi vers 22h30 au cours d'une fusillade à la cité Bassens dans les quartiers nord de Marseille, a-t-on appris de source proche de l'enquête. Trois individus ont été également légèrement blessés dans ce qui semble être un règlement de comptes, a ajouté la même source, précisant que les circonstances et les armes utilisées n'étaient pas encore connues.

"Éradiquer la criminalité organisée". Le préfet de police était sur place samedi soir avec les enquêteurs de la police près d'un petit immeuble de quatre étages au pied duquel se sont déroulés les faits. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a réaffirmé dans la nuit de samedi à dimanche "la détermination absolue du gouvernement à éradiquer la criminalité organisée, alors qu'une fusillade a provoqué le décès de trois personnes". "La République rattrapera et jugera les auteurs de ces crimes", a ainsi affirmé le ministre de l'Intérieur dans son communiqué.
La piste d'un règlement de compte ? "C'est dramatique et désespérant", a déclaré la maire du huitième secteur de la ville, la sénatrice socialiste Samia Ghali. "Ca ne donne pas beaucoup d'espoir pour les générations à venir. Il y a un vrai travail de fond à faire", a ajouté Mme Ghali. Le 17 mars, un homme de 35 ans avait été tué dans une embuscade alors qu'il conduisait. Deux hommes l'avaient atteint d'une rafale de kalachnikov puis l'avaient achevé alors qu'il tentait de fuir. Plusieurs de ces meurtres par balles ont été considérés par les autorités comme des règlements de comptes en raison du mode opératoire et du mobile supposé souvent lié à des trafics de stupéfiants.

Baisse de la délinquance à Marseille. A Marseille et dans les Bouches-du-Rhône, presque tous les types de délinquance ont baissé en 2015, un résultat à mettre au crédit de "l'approche globale" souligne Bernard Cazeneuve, une méthode mise en place en 2012, notamment basée sur une présence policière de longue durée dans les quartiers, associée à un travail social d'accompagnement. "Entre 2014 et 2015 dans la Zone de sécurité prioritaire nord, les atteintes aux personnes ont ainsi baissé de 18 %, les cambriolages de 13 % et les vols avec violence de 40 %", indique le ministre de L'Intérieur.

En revanche, le nombre d'homicides a sensiblement augmenté : 22 règlements de comptes ont été comptabilisés en 2013, 26 en 2014 et 21 en 2015. Ces faits ont provoqué la mort de 17 personnes en 2013, 18 en 2014 et 19 en 2015.