Fusillade à Grasse : une deuxième personne en garde à vue, un ami du tireur arrêté

  • A
  • A
Fusillade à Grasse : une deuxième personne en garde à vue, un ami du tireur arrêté
Le jeune homme à l'origine de la fusillade a été interpellé cinq minutes après le début des faits.@ AFP
Partagez sur :

Une deuxième personne a été placée en garde à vue vendredi, après la fusillade du lycée Tocqueville à Grasse. Un ami du tireur présumé a également été arrêté. 

Les policiers en charge de l'enquête sur la fusillade survenue dans un lycée de Grasse ont interpellé et placé en garde à vue le frère d'un ami proche du tireur présumé. Un peu plus tard dans la journée, cet ami du tireur a lui-même été interpellé. Killian, auteur présumé de la fusillade au lycée Tocqueville de Grasse, jeudi matin, a "commencé à parler" en garde à vue selon cette source, confirmant une information de BFMTV. 

Les enquêteurs étudient l'entourage du lycéen qui a ouvert le feu dans son établissement. Vendredi, une source proche de l'enquête a indiqué que le jeune homme s'était procuré ses armes, notamment un fusil et un revolver, "chez ses parents et son grand-père". 

Lourdement armé. Killian, un élève de 16 ans scolarisé dans ce lycée Tocqueville de Grasse, dans les Alpes-Maritimes, et apparemment motivé par les mauvaises relations qu'il entretenait avec d'autres élèves, est revenu lourdement armé de la pause déjeuner vers 13 heures jeudi, muni d'un fusil de chasse, de deux armes de poing et de grenades, provoquant une fusillade.

Quatre blessés. L'élève, inscrit en 1ère L, a d'abord tiré sur le proviseur du lycée, qui tentait alors de s'interposer. "Le proviseur s'est précipité" vers l'agresseur lorsqu'il a sorti son arme "pour tenter de le raisonner", a indiqué jeudi à la presse la ministre de l'Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, qualifiant cette action d'"héroïque". Trois lycéens ont également été blessés légèrement par des plombs. Au total, Killian a tiré à deux ou trois reprises dans cet établissement qui compte près de 900 élèves. 

Interpellé rapidement. Le jeune homme de 16 ans a été interpellé cinq minutes seulement après le début de la fusillade, vers 13h05, les forces de l'ordre ayant été dépêchées rapidement sur place. "Il s'est laissé interpeller de manière extrêmement docile, il n'a montré aucune résistance", a relevé la procureure de la République de Grasse, Fabienne Atzori. Un engin explosif artisanal a été retrouvé dans son sac à dos et a été désamorcé sur place.

La piste terroriste exclue. Les motivations de l'auteur "semblent liées aux mauvaises relations qu'il entretiendrait avec d'autres élèves" de l'établissement, a déclaré jeudi soir la procureure de Grasse, Fabienne Atzori. "Il semblerait qu'il ait quelques difficultés (...) à s'intégrer" dans l'établissement, a-t-elle ajouté. Aucun élément, aucun lien ne peut être envisagé avec une entreprise terroriste", a-t-elle souligné lors d'une conférence de presse. Le jeune homme, scolarisé en première et qui aura 17 ans à la fin de l'année, a été placé en garde à vue pour "tentative d'assassinats".