Fugue : "je ne la récupérerai pas de force"

  • A
  • A
Fugue : "je ne la récupérerai pas de force"
@ DR
Partagez sur :

TEMOIGNAGE E1 - La mère de Geneviève, qui avait fugué, attend de retrouver sa fille.

"Je sais où elle est, je sais qu'elle est en bonne santé". Sylvie Euvrard, la mère de Geneviève, a exprimé son soulagement lundi sur Europe 1 après que sa fille, portée disparue début décembre au Puy-en-Velay, lui a finalement donné des nouvelles rassurantes. Dimanche, l’adolescente de 16 ans a appelé sa mère pour lui dire qu'elle avait rejoint les rangs de la contestation à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, en Loire-Atlantique. Mais elle a prévenu qu'elle ne comptait pas rentrer dans l'immédiat.

>>> A LIRE AUSSI : Geneviève veut rester à ND-des-Landes

"J'aimerais bien que ça se termine"

"Je suis contente parce que je sens que Geneviève va bientôt revenir", s’est malgré tout réjouie la mère de Geneviève au micro d'Europe 1. "Mais en même temps, j'aimerais bien que ça se termine parce que c'est vraiment dur", a-t-elle ajouté.

Mais selon des informations de France 3, Geneviève ne semble pas prête à vouloir rentrer chez elle. "Je m'installe ici pour deux à trois mois", a-t-elle indiqué au journal régional des Pays-de-la-Loire. La jeune fille aurait donc débuté l'édification de sa cabane à Notre-Dame-des-Landes.

"Qu'elle me dise où elle en est"

Avec Camille, une autre lycéenne du Puy-en-Velay, âgée de 17 ans, Geneviève avait fugué le 4 décembre dernier. Le week-end dernier, le père de Camille est venu chercher sa fille à Notre-Dame-des-Landes pour la ramener au domicile familial, en Haute-Loire.

De son côté, la mère de Geneviève attend d'autres nouvelles de sa fille. "J'aimerais bien qu'elle me rappelle parce qu'on a eu un contact téléphonique mais très, très rapide. Il faut qu'elle me dise où elle en est, si elle continue à réfléchir ou si elle a pris une décision".  "Dans tous les cas, je ne la récupérerai pas de force", explique la mère de Geneviève, qui demande au passage aux forces de l'ordre de ne pas agir. "Ce serait complètement dangereux", assure-t-elle.

>>> A LIRE AUSSI : Geneviève, la lycéenne fugueuse, fait de la résistance

Un avis partagé par le procureur de la République, pour qui le recours à la force publique n'est, pour l'instant, pas privilégiée, rapporte France 3 Pays-de-la-Loire. Ce dernier a également souligné que les deux jeunes femmes "n'avaient pas agi sur un coup de tête", mais qu'il s'agissait "d'un acte réfléchi, pensé, qui répondait à un engagement".