Fraude géante à la caisse enregistreuse

  • A
  • A
Fraude géante à la caisse enregistreuse
@ MAXPPP
Partagez sur :

Des millions d'euros ont été détournés par des commerçants grâce à un logiciel créé dans le Var.

La fraude s'élève à plusieurs millions d'euros. Une fraude reposant sur des caisses enregistreuses trafiquées a été démantelée cette semaine dans le Var. Onze personnes ont été interpellées, dont trois ont été déférées au parquet. Le gérant de la société varoise qui commercialise ce système informatique a quant à lui été écroué.

25% du chiffre d'affaires détourné

La fraude consistait à proposer aux commerçants un logiciel de caisse permettant de modifier les achats-ventes et de minorer ainsi le chiffre d'affaires réalisé, permettant de ne pas déclarer une partie de l'argent. "Un argument de vente qui a permis à l'entreprise d'avoir une position dominante sur le marché", selon les gendarmes.

Certaines machines permettaient de programmer le pourcentage de chiffre d'affaires que le commerçant voulait détourner. "Nous avons vu 25 % de black", assure une source proche de l'enquête à Var Matin.

Restaurants, bars-tabac, salons de coiffure, restaurants, pharmacies, etc. : au total, 18.000 commerçants seraient concernés par l'achat de ces caisses enregistreuses. Une commercialisation qui concerne principalement le sud est de la France. Mais face au succès grandissant des machines enregistreuses frauduleuses, le gérant de la société avait étendu ses ventes à toute la France.

D'autres interpellations prévues

Onze personnes ont été interpellées et, à l'issue de leur garde à vue, trois ont été présentées à un magistrat instructeur de Toulon. Tous devront répondre de "faits présumés de blanchiment de fraudes fiscales en bande organisée, abus de biens sociaux, faux et usage de faux, travail dissimulé, atteintes aux systèmes de traitement automatisé de données et association de malfaiteurs en vue de commettre ce délit."

D'importantes saisies ont eu lieu, notamment des véhicules de luxe et des biens immobiliers. L'enquête se poursuit désormais en direction des utilisateurs et d'autres interpellations sont prévues.