Fillettes enlevées : "Il faut arrêter ces gens"

  • A
  • A
Fillettes enlevées : "Il faut arrêter ces gens"
Les fillettes disparues dans la Sarthe samedi soir ont été retrouvées dimanche soir.
Partagez sur :

TEMOIGNAGE E1 - Le père des fillettes retrouvées dimanche soir dans la Sarthe se dit soulagé.

"C'est plus qu'un soulagement, c'est une naissance, c'est inexplicable". Interrogé par Europe 1, Marc Chapin, le père des fillettes âgées de 10 et 12 ans, ne cache pas son émotion après l'épilogue heureux survenu dimanche soir.

Disparues samedi soir, à La Flèche (Sarthe), les deux sœurs ont été retrouvées saines et sauves, le lendemain vers 21 heures, sur un parking de la gare routière de la ville. Marc Chapin a tenu à féliciter l'efficacité du plan alerte-enlèvement, déclenché dimanche, après que la mère de famille a prévenu les gendarmes, vers 1 heure du matin. "Je pense qu'ils ont éprouvé de la peur, ça leur a mis un gros coup de pression. Ils n'ont pas supporté la pression", commente le père de famille.

"Ils ont éprouvé de la peur" : 

 

"Il faut les empêcher de nuire"

Selon leur père, les deux soeurs n'auraient pas subi de violences. "Je pense que ce n'est pas un enlèvement pour faire du mal aux filles. Je pense qu'au niveau sévices, il n'y a rien eu", rassure-t-il.

Les résultats des examens de santé réalisés dimanche soir à l'hôpital du Mans devraient permettre de savoir si elles ont été victimes de violence. "Ces gens, il faut les empêcher de nuire, il faut les arrêter et les punir. Ils ont peut-être fait quelque chose de mal, choqué des enfants à vie. (...) J'attends le dénouement de l'enquête pour m'endormir sur mes deux oreilles", confie Marc Chapin.

Les gendarmes sont toujours à la recherche de Maxime et Vanessa, le couple suspecté d'avoir enlevé les deux fillettes. Selon les premiers éléments de l'enquête, ils n'habitaient pas le quartier, mais fréquentaient depuis quelques jours les aires de jeu de ville, indique L'Express. Parents d'un bébé de 18 mois, ils seraient âgés d'environ 25-30 ans et circuleraient dans un fourgon type C15 blanc, immatriculé en 72.