Fillette tuée par balle : une mise en examen

  • A
  • A
Fillette tuée par balle : une mise en examen
L'enquête est toujours en cours. Le procureur reste très prudent.@ Max PPP
Partagez sur :

L'homme est suspecté d'avoir tué d'une balle dans la tête la fille de sa concubine lundi à Toulouse.

La fillette de 4 ans morte d'une balle dans la tête, lundi, à Toulouse, a-t-elle été victime d'un acte volontaire ? C'est du moins la piste privilégiée par les enquêteurs pour expliquer les événements survenus lundi dans l'appartement familial à Empalot.

L'homme suspecté d'avoir tué la fillette dans un accès de colère contre la mère de l'enfant - et concubine - a été mis en examen pour "meurtre", a-t-on appris mardi auprès du parquet de Toulouse. Il a été placé en détention provisoire, a précisé le procureur de la République à Toulouse, Michel Valet. La mise en examen est intervenue 48 heures après le début de la garde à vue du suspect, un homme d'une trentaine d'année qualifié par le procureur de "concubin en pointillé" de la mère.

Une dispute futile à l'origine du drame

Le drame s'est noué lundi vers 17 heures. Une dispute éclate pour un motif futile : la propreté de ce logement du quartier populaire d'Empalot. Des heurts violents au point que les voisins décident de prévenir les forces de l'ordre. A leur arrivée, les policiers découvrent l'appartement en désordre et plusieurs portes défoncées, traces apparentes d'une violente dispute.

La mère est, quant à elle, retrouvée sur le palier, avec sa petite fille dans les bras. La fillette, qui présente une importante plaie à la tête meurt quelques minutes plus tard. Les policiers croisent dans l'escalier, le concubin de la mère, qui n'est toutefois pas le père de la fillette. Ce dernier est en train de partir avec un sac à la main, contenant deux armes à feu : un pistolet automatique 22 long rifle, ainsi qu'un fusil à canon scié démonté.

Le suspect connu des services de police

D'après les enquêteurs, le suspect a tiré avec un pistolet automatique à travers la porte de la salle de bains dans laquelle la mère et ses trois enfants s'étaient réfugiés pour échapper aux violences de cet homme. La petite fille a été atteinte d'une balle dans le front. Dans ses premières déclarations, le suspect avait tenté de faire croire à un accident survenu alors qu'il manipulait le sac contenant les armes. On ignore quelles étaient ses intentions avec ces armes.

Le suspect, père du plus jeune frère de la victime, est connu des services de police et de la justice pour deux condamnations : vol aggravé et outrage à personne dépositaire de l'autorité publique. Il habite en région parisienne et passait de temps à autre à Toulouse.

De son côté, la mère de la fillette a été hospitalisée en état de choc. Elle a pu être entendue brièvement par les enquêteurs mercredi. Une voisine, Christiane, qui habite juste en face de l'appartement du drame, a rapporté avoir déjà entendu des cris dans le passé, mais avait décrit les occupants comme de "bons voisins". La famille bénéficiait d'une assistance éducative depuis plusieurs années.