Filière djihadiste : huit interpellations à Paris et à Lyon

  • A
  • A
Filière djihadiste : huit interpellations à Paris et à Lyon
@ AFP/XAVIER LEOTY
Partagez sur :

ENQUÊTE - Huit personnes ont été interpellées mardi matin dans les régions parisienne et lyonnaise dans le cadre du démantèlement d'une filière djihadiste présumée. 

L'info. Huit personnes soupçonnées d'être impliquées dans une filière djihadiste vers la Syrie ont été interpellées mardi matin, a annoncé le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, lors d'une conférence de presse place Beauvau.

Trois revenaient de Syrie. Les interpellations, menées par la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et la police judiciaire parisienne, ont eu lieu en Seine-Saint-Denis, pour six d'entre elles, et dans la banlieue Est de Lyon pour les deux autres. Les huit personnes, sept hommes et une femme, sont âgées de 21 à 46 ans. Elles ont été arrêtées puis placées en garde à vue. Trois d'entre elles sont revenues de Syrie en décembre dernier. "Originaires de Turquie et du Maghreb", ces huit personnes appartiennent à "un réseau francilien plus large, dont les membres ont rejoint la Syrie en trois vagues : mai 2013, été 2013 et septembre 2013", a indiqué une source proche du dossier. D'autres membres du réseau seraient toujours présents là-bas.

"Ces individus sont soupçonnés de participer activement à l'enrôlement de jeunes français dans le djihadisme", a précisé le ministre de l'Intérieur, avant de rappeler : "Ce coup de filet intervient une semaine après l'arrestation, pour des raisons similaires, de cinq individus à Lunel, dans le sud de la France, qui sont aujourd'hui mis en examen et incarcérés.

Cela fait près de deux ans que la justice enquête sur ce canal de recrutement et d’acheminement vers la Syrie. Selon nos informations, c'est en travaillant au départ sur des djihadistes bien connus, partis au milieu des années 2000 en Afghanistan notamment, que les enquêteurs ont découvert cette nouvelle filière.

>> LIRE AUSSI - Opération antidjihadiste à Lunel : cinq mises en examen

" L'opération de mardi matin est une "nouvelle manifestation"de la détermination totale du gouvernement dans la lutte contre le djihadisme, a-t-il fait valoir.





Bernard Cazeneuve a annoncé l'entrée en vigueur, mercredi, d'un nouveau décret d'application de la loi antiterrorisme, moins d'un mois après les attentats djihadistes qui ont fait 17 morts début janvier en France.

Le gouvernement estime à environ 1.300 le nombre de ressortissants français actuellement concernés par des filières de recrutement de combattants islamistes pour la Syrie et l'Irak, comme l'a rapporté le ministère de l'Intérieur sur son compte Twitter. Au total, 161 procédures judiciaires sont en cours et concernent 547 individus. Parmi eux, 167 ont été interpellés, 95 mis en examen et 80 écroués. 

>> LIRE AUSSI - Lutte contre le djihad : ce qui est possible et ce qui ne l'est pas