Faute de place en prison, ils sont relâchés

  • A
  • A
Faute de place en prison, ils sont relâchés
@ Grégoire Korganow
Partagez sur :

06.12 15 repas La prison des Baumettes à Marseille. 930620

© Grégoire Korganow

Faute de place en prison, trois malfaiteurs, dont deux condamnés à trois mois de prison ferme et arrêtés jeudi à Dreux (Eure-et-Loir) pour exécuter leur peine, ont été relâchés par la justice, une décision qui suscite la "surprise" de Manuel Valls et "l'indignation" de député UMP Christian Estrosi. L'affaire a été révélée par l'adjoint de la circonscription de sécurité publique de Dreux, qui compte une zone de sécurité prioritaire (ZSP) mise en place par le ministère de l'intérieur au mois de janvier.

Nouveau record de prisonniers début juillet

Dans un rapport adressé le même jour à la Direction centrale de la sécurité publique et dont l'AFP a eu connaissance, ce commandant de police écrit que l'officier de police judiciaire de permanence s'est vu signifier, par instruction verbale du substitut de permanence du parquet, de "libérer sans délai" ces trois malfaiteurs "sans suites judiciaires au prétexte que la maison d'arrêt de Chartres était 'pleine'". Le nombre de détenus dans les prisons françaises a atteint, début juillet, un nouveau record à 68.569 pour seulement 57.320 places.

Parmi ces trois malfaiteurs, figure un jeune homme de 26 ans, condamné à trois mois de prison ferme pour rébellion, violences sur un policier, outrages et conduite en état d'ivresse.