Le patron d'Uber France appelle au "dialogue"

  • A
  • A
Partagez sur :

Thibaud Simphal, directeur général d'Uber France, réagit au micro d'Europe 1 au conflit entre taxis et VTC et appelle les chauffeurs de taxi au dialogue. 

INTERVIEW

"Le dialogue est une très bonne chose". Le directeur général d'Uber France, Thibaud Simphal, appelle au micro d'Europe 1 au dialogue entre taxis et VTC afin de sortir du conflit qui dure depuis plusieurs semaines. 

Solidarité avec Alexandre agressé par des taxis. Le patron d'Uber France a d'abord exprimé sa solidarité à Alexandre, le jeune client de taxis, qui a été agressé, selon ses dires, par des chauffeurs de taxis dans la nuit de samedi à dimanche à Lyon pour avoir mentionné le nom d'UberPop. "La violence est totalement inadmissible dans un état de droit comme la France, nous condamnons tout acte de violence", assure-t-il. 

"Une minorité radicale et violente de taxis". "Ce que l'on voit, ce sont des faits commis par une minorité radicale et violente de taxis. Il faut absolument que cela cesse", martèle Thibaud Simphal. "Avant que l'on ne lance UberPop en France, il y avait déjà des taxis qui s'en prenaient aux VTC, dans les gares et aéroports, par exemple", ajoute-t-il. 

"Ils ont le monopole de la maraude". Le directeur général d'Uber France réfute "piquer la part du gâteau" des taxis. Il rappelle que ces derniers "ont le monopole sur la maraude, c'est-à-dire le fait d'être hélé dans la rue par des gens". Concernant la réservation, Thibaud Simphal explique que "ce marché doit être libre" et que "le Conseil constitutionnel le rappelle souvent". "Les taxis continuent d'avoir un chiffre d'affaires élevé, on le sait puisque l'on parle régulièrement aux taxis", ajoute-t-il, en soulignant qu'il "y a même des taxis qui sont aussi VTC". 

"On respectera la décision". Concernant la légalité d'Uber en France, le patron de la marque explique que "la cour de Cassation vient de transmettre, à la demande d'Uber, une question prioritaire de constitutionnalité, qui devra se prononcer en septembre". Et si cette décision n'était pas favorable, Thibaut Simphal avoue qu'ils seront contraint d'arrêter mais ajoute aussitôt : "on fera en sorte de continuer à innover dans la mobilité urbaine pour le bien des Français". 

"Un débat serein". Le patron d'Uber France conclut l'interview en espérant qu'"un débat serein" entre taxis et VTC pourra avoir lieu. "Le dialogue est une très bonne chose et je suis certain que l'on peut trouver des solutions qui soient bénéfiques aux taxis, aux VTC et à tous ceux qui veulent devenir chauffeur en France aujourd'hui", conclut-il. 

>> Ecoutez l'interview de Thibaud Simphal, directeur général d'Uber France, au micro de Nicolas Poincaré : 


EXLUSIF - Le patron d'Uber France appelle au...par Europe1fr