Essonne : poignardés par un déséquilibré

  • A
  • A
Essonne : poignardés par un déséquilibré
@ Maxppp
Partagez sur :

7 passants ont été blessés samedi à Dourdan par un SDF ayant des problèmes psychiatriques.

L'info. Un déséquilibré armé d'un couteau a blessé plusieurs personnes, dont deux gravement, samedi après-midi à Dourdan, dans l'Essonne.

Que s'est-il passé ? Les faits se sont déroulés samedi entre 17h et 17h45 à Dourdan, une commune du sud de l'Essonne, dans une rue passante entre le centre-ville et la gare RER.  Un homme d'une quarantaine d'années, armé d'un long couteau de cuisine, a "agressé de manière spontanée et désordonnée des passants en pleine rue", a indiqué une source préfectorale.  "Il a frappé au hasard", a déclaré le maire de Dourdan. Le couteau a été retrouvé par les enquêteurs. "Des témoins ont parlé d'un couteau d'au moins 20 cm", a rapporté le maire. L'enquête a été confiée à la brigade de recherche d'Etampes.

Dans quel état sont les victimes ? La victime la plus sévèrement atteinte a été héliportée vers l'hôpital Saint-Antoine à Paris, a indiqué la préfecture. Sérieusement blessée au visage, le pronostic vital de cette femme de 55 ans ne serait pas engagé, ont précisé ces sources. Une autre victime moins gravement atteinte, a également été héliportée vers un hôpital parisien. Une troisième a été hospitalisée dans la commune. Selon des sources judiciaire et préfectorale, six personnes ont été blessées mais le maire de la commune, Olivier Legois, a, lui, fait état de sept Dourdanais blessés dont deux très légèrement. Il s'agirait de six hommes et d'une femme, selon l'élu.

Qui est le suspect ? Il s'agirait d'un SDF d'une quarantaine d'années "défavorablement connu des services de police et de gendarmerie". Une source judiciaire a évoqué "un déséquilibré" tenant "des propos incohérents". En mars, il avait fait un court séjour en hôpital psychiatrique. Interpellé peu après les faits par les gendarmes près de la gare de Dourdan, l'agresseur présumé a été placé en garde à vue avant d'être conduit vers une unité de consultation médico-judiciaire (UCMJ).  Après avoir été examiné par un médecin, son  état a été jugé incompatible avec la garde à vue et il a été hospitalisé d'office dans un établissement psychiatrique de la région.