Essonne : les clients d'un restaurant braqués

  • A
  • A
Essonne : les clients d'un restaurant braqués
Deux suspects ont été interpellés dans la cité des Tarterêts, au terme d'une intervention musclée. (Photo d'illustration)@ Maxppp
Partagez sur :

Les quatre détrousseurs présumés de clients d'un restaurant d'Ormoy ont été interpellés dimanche.

Scène de western au restaurant chinois : entre quinze et vingt clients d'un restaurant de l'Essonne ont été dépouillés samedi soir par des agresseurs armés et cagoulés. Quatre auteurs présumés,  trois majeurs de 18 à 20 ans et un mineur de 16 ans, ont été interpellés dans la foulée et placés en garde à vue. Cette attaque intervient près de trois mois après "l'attaque" d'un RER à l'arrêt en gare de Grigny. Les passagers avaient été agressés et dépouillés.

Équipée sauvage et plan épervier. Tout aurait commencé samedi, vers 17h45, par un car-jacking à Ormoy. Après une première tentative ratée, les quatre détrousseurs présumés sont soupçonnés d'avoir volé une voiture à une mère accompagnée de son enfant. Les gendarmes déclenchent alors le plan Epervier et utilisent un hélicoptère pour retrouver la trace de la petite Peugeot noire. Peu avant 23 heures, les gendarmes reçoivent un appel d'un restaurant chinois de Saint-Germain-lès-Corbeil, entre la cité des Tarterêts et Ormoy. Les gérants expliquent qu'ils viennent d'être dévalisés, ainsi "qu'une grosse vingtaine" de clients.

helicoptere gendarmerie 930

© Max PPP

Un pistolet pointé sur le gérant et les clients.  Ils décrivent leurs assaillants comme très agressifs, insultants, armés et encagoulés. "Le premier s'est dirigé directement au bar en pointant un pistolet et en demandant la caisse", a expliqué le gérant du restaurant au micro d'Europe 1. "Une partie des clients se sont fait volés portables et portefeuilles. Il y en avait un qui mettait en joue les clients et un autre qui ramassait", a-t-il précisé. Les convives ont été d'autant plus effrayés qu'ils sentaient les braqueurs "inexpérimentés", selon une source proche de l'enquête. Aucun coup ne semble toutefois avoir été porté par les agresseurs.

Intervention musclée aux Tarterêts. L'alerte est donnée. Deux équipages de la police voisine se dirigent alors vers le quartier sensible des Tarterêts, à Corbeil-Essonnes, classé en Zone de sécurité prioritaire (ZSP), à huit kilomètres au nord. A leur entrée dans le quartier, les fonctionnaires constatent qu'une voiture vient d'être incendiée : la Peugeot noire volée plus tôt. A quelques mètres, quatre hommes tentent de fuir à bord d'un autre véhicule, en reculant droit sur les policiers.

16.01.Police.pretexte.930.620

© MAXPPP

Les jeunes du quartier s'en mêlent et prennent à partie les policiers qui font usage de leur flashball pour les repousser. Finalement, deux des braqueurs présumés sont interpellés et deux autres s'enfuient. Le premier a été arrêté dimanche par la gendarmerie et le second, identifié par les policiers, a fini par se rendre de lui-même. Dans la "voiture-bélier" , des cartes d'identités et des téléphones portables dérobés dans le restaurant sont retrouvés.

Valls salue la collaboration police-gendarmerie. Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls s'est félicité de "la parfaite coordination" entre gendarmes et policiers. "Ces interpellations, et la manière exemplaire dont elles ont pu être menées" sont "la preuve que la collaboration interservices porte ses fruits", a indiqué le ministre.  Le syndicat de police Alliance a pour sa part demandé que les braqueurs présumés "soient condamnés le plus fermement possible".