Essonne : coup de filet dans l'affaire des vols des RER C et D

  • A
  • A
Essonne : coup de filet dans l'affaire des vols des RER C et D
@ AFP
Partagez sur :

Les policiers de la Brigade des réseaux ferrés ont interpellé onze suspects dans cette affaire de vols en série survenue le 15 mars dernier.

Des passagers détroussés entre Saint-Michel-sur-Orge et Juvisy sur le RER C, puis sur le RER D en direction de Paris, jusqu'à Vigneux. Les policiers de la Brigade des réseaux ferrés ont mené un coup de filet mercredi matin dans l’Essonne et en Seine-Saint-Denis visant à interpeller les auteurs présumés de "l'attaque" de deux rames de trains de banlieues survenue en mars dernier.

Les suspects ont agi à visages découverts. Au terme d'un mois d'investigations, les enquêteurs ont réussi à cibler et à identifier une dizaine de suspects, âgés de 17 à 18 ans pour la plupart, qui auraient directement participé aux vols. Des jeunes gens ayant agi à visage découvert, tous filmés par les caméras de surveillance des différentes gares. C’est grâce à la mobilisation de nombreux services de police que les hommes de la Brigade des réseaux ferrés ont pu remonter jusqu'aux auteurs présumés de ces vols.

Ils sortaient d'une fête de mariage. Selon les informations recueillies par Europe 1, les suspects ne feraient pas partie d’une "bande". Le matin des faits, ils sortaient d'une fête de mariage au sein de la communauté cap-verdienne. Spontanément, par opportunisme, et peut-être sous l'effet de l'alcool, ils auraient décidé de racketter violemment les quelques passagers des RER, avant de rentrer chez eux.

Six plaintes : six téléphones, un portefeuille et un MP3. Ils sont accusés de s'être livrés, le dimanche 15 mars dernier, très tôt, vers 4 heures et demi, à une série de vols dans les rames des RER C et D. Ils s’en étaient pris aux quelques voyageurs présents, n’hésitant pas à leur donner des coups de poing lorsqu’ils résistaient.

Au total, six passagers ont porté plainte pour un préjudice total de six téléphones, un portefeuille et un baladeur numérique.

Le fantôme de Grigny. Peu de jours après les faits, le procureur d'Evry, Eric Lallement avait exclu tout parallèle avec l'affaire du RER de Grigny, survenue sur cette même ligne deux ans plus en tôt. En mars 2013, une vingtaine de jeunes gens, mineurs pour la plupart, avaient tiré la sonnette d'alarme à hauteur de Grigny avant de dévaliser les voyageurs.

>> LIRE AUSSI - Série de vols dans les RER C et D : que s'est-il passé ?