Esclavage : l’affaire Lila relancée

  • A
  • A
Esclavage : l’affaire Lila relancée
@ CAPTURE D'ECRAN
Partagez sur :

Cette Malgache avait été exploitée pendant quatre ans avant de mourir. L’enquête est rouverte.

Lila est morte il y a 12 ans, tout juste six jours après être rentrée à Madagascar. Malgré les traces évidents de violences, jamais la justice n’a officiellement établi le moindre lien avec les quatre années qu’elle venait de passer en France, chez un couple où elle était devenue la bonne à tout faire. La jeune fille, qui avait quitté sa famille et son île natale à 14 ans, était corvéable à merci et violentée. L’enquête s’était enlisée avant d’aboutir à un non-lieu incompréhensible.

Aujourd’hui, sur la base notamment de nouveaux témoignages, recueillis dans leur livre par les journalistes Dominique Torrès et Jean-Marie Pontaut*, la justice demande à ce que le dossier soit rouvert, au grand soulagement de ses proches. "La famille attend depuis plus de dix ans de savoir ce qui s’est vraiment passé. Ce non-lieu signifiait la fin de tous leurs espoirs, et maintenant l’information va pouvoir se poursuivre", se félicite maître Brouquet-Canale, leur avocate. "Il y a énormément de témoins qui n’ont pas encore été entendus. Tout ce qui reste à faire, c’est d’entendre tous ces témoins."

"Elle respirait mal"

Et parmi ces témoins clés jamais entendus, il y a un étudiant en médecine qui a examiné Lila à Paris, juste avant son départ. Elle était déjà presque mourante. Il y a aussi cette femme malgache, qui rencontre par hasard la jeune fille dans l'avion du retour, et qui décrit une enfant très affaiblie. Elle espère pouvoir enfin raconter sa version à la justice. "Elle repsirait mal dans l’avion et elle mangeait pas. Elle était maigre comme tout", raconte la femme. "Mon témoignage serait primordial. Ses parents s’inquiètent beaucoup. Il faut que justice soit faite."

Quant au couple qui hébergeait et employait Lila, les poursuites à son encontre sont elles aussi relancées. L’homme et la femme restent mis en examen pour séquestration, torture, non assistance à personne en danger, et même viol.

*"Lila, être esclave en France, et en mourir", aux éditions Fayard