Enquête sur un "commissaire fêtard"

  • A
  • A
Enquête sur un "commissaire fêtard"
@ REUTERS
Partagez sur :

La "police des polices" a été saisie après l'interpellation d'un policier qui conduisait ivre.

L'Inspection générale des services, la police des polices, a été récemment saisie pour enquêter sur un commissaire du IVe arrondissement de Paris. Le policier qui dirige près de 250 hommes serait impliqué dans deux affaires délicates, révèle Le Parisien.

Ivre au volant

Début mai, alors qu'il n'était pas en service, celui que ses collègues appellent "le commissaire fêtard" a été interpellé en pleine nuit par les policiers de la BAC. Le fonctionnaire conduisait alors ivre au volant d'une voiture de service, a-t-on appris de sources proches du dossier. Des tests d'alcoolémie ont été réalisés et se sont révélés positifs.

L'homme n'a toutefois pas été placé en garde à vue et le parquet n'a pas été saisi directement. Le commissaire a simplement été accompagné chez lui par les policiers de la BAC. Après l'insistance d'un haut fonctionnaire, auprès de la préfecture, le parquet a été saisi, ainsi que l'IGS. "La décision a été prise de saisir l'IGS et le parquet de Paris pour cette affaire", a abondé une source proche de l'enquête.

Impliqué dans un accident

De nouveaux tests ont alors été réalisés, notamment une analyse de sang et des tests capillaires. Les résultats de ces analyses ont permis aux enquêteurs de faire un lien avec une autre affaire. Le commissaire parisien n'est en effet pas un inconnu pour les enquêteurs de l'IGS. La police des polices avait été déjà saisie après un accident qu'il avait eu avec un cycliste à la mi-août à Paris.

L'accident avait eu lieu là encore en pleine nuit dans le XIIIe arrondissement parisien. Le commissaire est soupçonné d'avoir alors fait appel à ses hommes basés dans le IVe arrondissement pour lui faire passer son alcootest, dont le résultat avait été négatif. "Ce n'est pas la procédure. Il n'avait pas à appeler ses policiers", a précisé une source proche de l'enquête.

A l'issue des investigations de l'IGS, ce commissaire pourrait être traduit devant le conseil de discipline. "Nous verrons alors s'il sera suspendu", a indiqué une source proche de l'enquête.