Enorme fraude au vin en Bourgogne

  • A
  • A
Enorme fraude au vin en Bourgogne
@ MAX PPP
Partagez sur :

Un négociant est accusé d'avoir triché sur l'étiquetage de plus de deux millions de bouteilles.

Scandale dans le milieu des vins de Bourgogne. Quatre dirigeants de la maison de négoce Labouré-Roi ont été placés en garde à vue la semaine dernière dans le cadre d'une affaire de fraude sur les vins, a-t-on appris mercredi auprès de leur avocat.

Trois principaux faits leurs sont reprochés : utilisation de fausses étiquettes, utilisation de fausses médailles et mélange de grands crus avec du vin de table, d'après Le Bien public qui a révélé l'affaire. Aucune mise en examen n'a été prononcée et il n'y a pas eu d'ouverture d'information judiciaire, grâce à "la collaboration totale de l'entreprise avec les enquêteurs", selon Emmanuel Touraille, l'avocat de la société, qui reconnaît par ailleurs "qu'il y avait des soucis".

Un an et demi d'enquête

Plus de deux millions de bouteilles, allant d'appellations villages aux grands crus, auraient été écoulées entre 2005 et 2009 avec des fausses informations sur les étiquettes. Le préjudice pourrait se chiffrer à plusieurs centaines de milliers d'euros.

Cette affaire a été mise au jour après une enquête de plus d'un an et demi des gendarmes et des services de la Direction de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

"Préserver les 70 emplois"

Troisième maison de négoce de vin de Bourgogne, la maison Labouré-Roi exporte dans une trentaine de pays et traite directement avec des compagnies aériennes et les croisiéristes de luxe. "On a désormais un gros, gros risque financier pour l'entreprise, si les clients n'achètent plus et que les banques ne prêtent plus", considère l'avocat de la défense. "L'autre préoccupation, c'était de préserver les 70 emplois", ajoute-t-il.

Joints par Europe 1, le bureau des vins de Bourgogne et la fédération des négociants-éleveurs de Grande Bourgogne n'ont pas souhaité réagir.