Enfant retrouvé mort dans le Puy-de-Dôme : son père avoue

  • A
  • A
Enfant retrouvé mort dans le Puy-de-Dôme : son père avoue
@ MAXPPP
Partagez sur :

AVEUX - Le père de l'enfant âgé de 3 ans, interpellé mardi à Grenoble, après avoir pris la fuite, a reconnu avoir tué son fils.

Fin du mystère dans l'affaire du petit Yanis, 3 ans, retrouvé mort samedi par sa maman. Le père de l'enfant, interpellé mardi à Grenoble, en Isère, après avoir pris la fuite, a reconnu avoir tué son fils.

>> A lire - Elle découvre son enfant mort chez elle, son compagnon prend la fuite

"Il lui a mis la main sur le nez et la bouche". Le procureur de la République de Clermont-Ferrand, Pierre Senès a indiqué que "les explications données" par le père lors de son interrogatoire restaient "confuses et nébuleuses". Lors de sa garde à vue, "il a indiqué qu'il avait tué son fils. Il l'a pris dans ses bras en le serrant très fort et en lui mettant la main sur le nez et la bouche", a déclaré mercredi le magistrat, confirmant une information du journal La Montagne.

L'enfant souffrait de problèmes respiratoires. L'autopsie du corps de l'enfant avait révélé lundi qu'il n'avait subi aucune violence, et ne portait aucune trace de fracture. L'enfant souffrait en revanche de "graves problèmes respiratoires" et était suivi très régulièrement en milieu pédiatrique. Les causes exactes de son décès ne pourront être connues qu'après des examens complémentaires.

La mère découvre son enfant inanimé. Séparée de son ex-compagnon, la mère avait découvert son enfant inanimé dans la maison en venant le chercher samedi après-midi. Alors qu'elle arrivait dans le pavillon, le père de l'enfant, lui, en partait, à vélo. Son vélo a été retrouvé dimanche matin à quelques dizaines de mètres de berges de l'Allier. Mardi matin, il avait été arrêté à bord d'une voiture volée à Grenoble, puis ramené à Clermont-Ferrand, où il a été entendu.

Le père déjà condamné pour coups mortels. Âgé de 40 ans, le père devait être dans l'après-midi présenté devant le juge d'instruction, qui doit ouvrir une information pour "homicide volontaire sur mineur de 15 ans, en récidive légale". L'homme a été en effet condamné en 2002 à 6 ans de prison ferme devant la cour d'assises de Riom, dans le Puy-de-Dôme, pour "coups mortels" lors d'une bagarre.